Une famille unie


Ça crie parfois, ça bouge tout le temps.

C’est épuisant, enthousiasmant, motivant.

C’est beaucoup de tâches ménagères,  de  stress, d’inquiétude, de soucis de bien faire, de doutes et d’insignifiantes victoires du quotidien .

C’est peu de sommeil, de grasses matinées et de rendez-vous à deux .

Ce sont des découvertes toutes simples et lointaines, des voyages, des journées uniques qui paraissaient pourtant si ordinaires.

Ce sont des émotions, qu’on explore, qu’on exprime, qu’on refoule, qu’on accepte, qui nous font changer et grandir nous aussi et pas seulement les enfants.

C’est de l’amour et des « je t’aime » en prise quotidienne en prescription à vie .

C’est une impulsion sans pareille, une fierté timide mais dense.

C’est la magie dans l’invisible.

C’est une tranquillité d’esprit d’être ensemble, un bonheur d’exister, que l’autre existe et qu’on ait construit cette famille ensemble.

C’est merveilleux de les voir grandir, de voir que l’on devient une équipe, que leurs caractères viennent préciser et nourrir notre unité familiale.

C’est tellement bon d’aller se coucher et de se dire qu’on est là, ensemble, qu’on s’aime, qu’on est là l’un pour l’autre, que rien ne peut arriver, là tout de suite.

Il faut se le dire, il faut l’écrire, le ressentir, l’exprimer.

Il faut leur dire, lui dire, se le dire.

Il faut se câliner, se serrer sur le canapé, se respirer, prendre conscience par tous les sens de notre être de la plénitude d’être ensemble.

Faut oublier, faut zapper les moments chiants, les sauts d’humeur, les soirs merdiques où la fatigue décide pour nous.

Faut se pardonner, faut avancer, faut tirer partie de nos erreurs, les transformer en levier vers un meilleur nous-même.

Faut lâcher prise, l’aspirateur, la lessive et le rangement peuvent attendre,ils ne vont pas s’envoler contrairement à tous ces moments que l’on gâche à penser à tout ce que l’on devrait faire mais que l’on ne fait pas . La seule urgence, c’est celle qui nous vient sur l’instant présent.

Faut être indulgent envers nous-même, reconnaître et accepter que l’on est pas lisse, que tout ne se passera jamais comme sur les photos parfaites d’Instagram.

Une famille unie, c’est un joyeux bordel, un savant mélange de confort du connu et d’instabilité permanente. On croit savoir, on sait plus, nos enfants aiment les courgettes, ils les détestent. Ce sont des bébés, on a peine le temps de s’y faire qu’il n’en sont plus .

Faut évoluer, changer, chaque jour, avec eux, pour eux et à travers eux .

Une famille unie c’est avoir besoin de souffler mais sentir qu’on est oppressé en réalité quand ça dure trop longtemps.

C’est se manquer, s’inquiéter, s’aimer.

C’est vivre, exister, profiter, saisir .

C’est être.
Pour les trois autres parties de moi . 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s