Mon Bilan après  trois mois de véganisme 


Voilà trois mois que je me suis lancée un peu timidement dans le véganisme.  

J’avais envie de te parler de comment je me sens aujourd’hui en regardant ma première boîtes de Veg 1 vide . 

Je me sens bien, il n’y a pas à écrire quinze lignes à ce sujet car le véganisme n’a pas eu d’impact néfaste sur quoi que ce soit chez moi,  ni dans mon corps ni au niveau de ma fatigue.  Je suis comme avant, en mieux, dans le sens où dans ma tête je me sens plus sereine et en accord avec la nature et le monde qui m’entoure.

Il y a simplement une chose remarquable dont je voulais te parler . Je n’ai pas pris de cachets contre les problèmes d’allergie depuis que je suis végane, alors que j’en prenais tous les jours avant . Je ne sais pas comment expliquer ça mais ça change la vie en tout cas car je n’ai pas fait de crise d’asthme depuis trois mois . L’arrêt des produits laitiers pourrait être un facteur je pense, je ne sais pas vraiment. 

J’ai pris goût à la cuisine pour de bon et c’est vraiment  devenu un plaisir quotidien  d’essayer des recettes, de me laisser aller lorsque j’invente totalement des associations d’aliments inédites pour moi.   J’ai gagné en confiance en moi et je me sens (un peu plus) d’attaque pour cuisiner végan à qui voudrait tester volontiers l’expérience.  

J’assume maintenant enfin que je suis végane et je n’ai pas peur de donner cette justification quand on me propose quelque chose que je ne veux pas manger. J’assume le fait que je suis la seule de mon entourage proche, amical ou professionnel à être végane et cela n’a pas été une source de conflit du tout.  Les gens s’interrogent davantage qu’ils ne s’offusquent.  Ce qui compte le plus pour moi en étant devenue végane pour les animaux, c’est qu’en trois petits mois, beaucoup de personnes qui m’entourent ont changé.  Certains mangent moins de viande, certains sont devenus carrément végétariens, certains ont abandonné le lait, d’autres le cuir … Les répercussions sont contre toute attente très nombreuses et cela me rend très heureuse  car je trouve cela très encourageant  . J’ai ainsi contribué j’en suis sûre à faire un peu évoluer le regard des gens sur la cause animale . C’est peut-être très naïf de dire ça mais ce sont tout  ces petits changements ensemble qui seront il me semble symboliques et qui mettront en évidence  une volonté globale de changement vers une justice et des droits pour les animaux.  

Ma perception  de la viande a profondément changée.  Il est  évident qu’en décidant de devenir végane, j’ai fait la connection entre l’animal et la viande mais je dirai qu’en trois mois cette représentation a encore évoluée. En effet les rayons de viande des supermarchés me  mettent extrêmement mal à l’aise.  J’éprouve un réel dégoût si je passe devant une boucherie par exemple. Avant, je ne mangeais pas de viande car c’était anormal, cruel et immoral  de manger des animaux mais maintenant je n’en mange pas car je trouve cela en plus complètement effrayant et malsain . Limite gore.je vois les rayons de viande comme des étalages de cadavres en morceaux  et cette  vision me dérange.  

Un peu avant mon entrée dans le véganisme, je m’étais plongée dans une phase de documentations et de recherches sur la cause animale et l’écologie, je suis toujours, voire même encore davantage dans cet optique là.  Merci Netflix d’ailleurs car en ce moment j’enchaîne les documentaires tous les soirs . En fait je cherche à affiner mes connaissances sur la question de la cause animale toujours dans le but de diffuser ce que j’apprends pour dénoncer et informer à  qui est ouvert à la discussion.  

A la maison, il y a eu du changement aussi. Nous avons passé nos premières vacances scolaires 100% végétariennes à la maison et aussi fêté notre premier Noël sans viande . Les garçons continuent leur découverte de laits végétaux et leurs préfèrés sont le lait d’amande à la vanille et le lait de soja à la vanille ( les petits gourmands :). 

J’ai trouvé une routine 100% cruelty free pour mes cheveux et il faudra que je t’en reparle.  Je n’ai plus non plus de maquillage qui ne sont pas cruelty free .J’ai donc  terminé de remplacer ce qui clochait dans ma salle de bain . Il reste la question épineuse des chaussures, je me trimballe mes vieilles converses en cuir ou mes Doc Marteens en cuir également et je les porte pour les user et car pour le moment je n’ai pas trouvé la paire de chaussures veganes idéales.  Il faudrait que ça arrive car même si mes deux paires en cuir datent d’avant ma transition, je supporte de moins en moins de les porter. 

Voilà pour ce bilan, si tu te poses d’autres questions n’hésite pas à me laisser un commentaire.

Je te dis à bientôt sur le blog .

Noemie. 

Publicités

8 réflexions sur “Mon Bilan après  trois mois de véganisme 

  1. En sachant que je comprends tout à fait le problème de la « cause animale » et que je ne cautionne pas les maltraitances dans les abattoirs actuels ni les systèmes intensifs. Mais il est -à mes yeux- possible de vivre en harmonie avec les animaux tout en profitant de leurs bienfaits : lait, oeufs, miel… par exemple

  2. Quelle « vérité »? Oui il y a des atrocités, des élevages intensifs, des horreurs, etc. Mais il n’y a pas que ça !!! Tous les éleveurs ne font pas du feed lots américain et comme dit plus haut w on peut avoir des poules chez soi. Les abeilles produisent plus de miel que ce dont elles ont besoin, donc on peut en prélever une partie sans les faire souffrir… Le système actuel d’élevage intensif et agroalimentaire est violent, je suis d’accord, mais d’autres pratiques existent. On peut élever une vache pour son lait et garder le veau. (Pas dans le système actuel encore une fois, mais techniquement c’est possible).

  3. Et écologiquement, au sens scientifique du terme, produire des végétaux sans utilisation de force ou de produits animaux est très délicat. Si on n’utilise pas d’engrais animal, il faut des engrais chimiques. Je ne sais pas si c’est mieux😉 Ou alors déforester la forêt amazonienne pour faire pousser du soja et des céréales sans engrais,c’est moyen aussi! 😞
    Encore une fois, je conteste moi aussi le système actuel, mais je ne pense pas que le veganisme soit la solution. Je respecte tout à fait ce courant de pensée mais des choses me dérangent. Les végétaux aussi souffrent. Les cultures intensives sont aussi cruelles que l’élevage.
    Moi je prône un mode de vie plus respectueux de tous les êtres vivants (animaux et végétaux), mais on a besoin des deux.

  4. PS: on n’est pas obligé de tuer le veau pour avoir du lait. Certaines vaches produisent suffisamment pour le veau et un surplus (les Salers, les Aubrac par exemple).

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s