image

Source photo : Be HAPPY,  Be COMBI.

Hier j’étais dans ma voiture quand j’ai entendu  pour la première  fois les informations sidérantes concernant  le massacre chez Charlie Hebdo.

C’était sur Europe 1, j’ai  monté le son, j’étais seule, sans les enfants, sans ces petites oreilles qu’il faut coûte  que coûte préserver. 

Je me suis arrêtée quand j’ai  pu  pour faire une recherche Google,  comme si j’avais besoin d’une  preuve de plus.

Il s’est alors produit ce truc désagréable,  j’ai vécu un basculement dramatique, je suis passée  de l’autre  côté . Les larmes au bord des yeux, j’ai  écrit à mon mari, ma soeur m’avait déjà écrit au même moment .

Je réalisais l’atrocité de ce que j’étais  en train d’entendre, je mesurais avec frayeur  l’impact  d’une  telle violence, je pleurais  car des hommes ont fait ces dessins et c’est cela précisément qui les a tué. 

J’étais en mode « blocage », en mode « incompréhension total du monde dans lequel je vis ».

Je suis restée toute  la journée avec ce  mal de ventre, à traîner sur les réseaux  sociaux, à être incapable de me sortir de cet état de choc pour reprendre le fil normal de ma journée .

Cette journée marquera l’histoire à jamais .

Hier soir, en voyant tout cet élan d’amour et d’hommages contrebalançant la forme la plus insoutenable de la haine, je me suis sentie comme à un enterrement. 

L’enterrement  d’une  grand – mère à  l’occasion duquel  on s’unit pour un dernier hommage .
On oublie  en ce jour funèbre tous nos désaccord stériles et notre colère d’antan et on s’unit pour témoigner, ensemble notre amour .

Je n’ai pas envie de croire que la liberté d’expression est morte en ce 7 janvier 2015 mais force est de constater que 66 millions de français sont en deuil et  s’unissent pour manifester leur soutien aux familles des victimes, pour crier leur colère de voir la liberté  d’expression  bafouée de la sorte, en France, en 2015.

Cet amour, cette solidarité, ce sentiment d’appartenance, c’est le seule chose qui  a  apaisé  mon coeur  hier .

Je suis Charlie, nous sommes tous Charlie et surtout mes fils sont Charlie.

Le seule chose que je peux faire pour honorer la mémoire de ces héros  de la liberté,  c’est d’élever mes fils dans l’amour et le respect. Je me dois de rester positive, pour moi, parce que je suis en vie, pour eux, car je leur ai donné la vie .

« L’éducation est l’arme  la plus puissante pour changer le monde  » (Maria Montessori)…  Voilà  qui fait sens pour  moi en tant que mère et maîtresse aujourd’hui.

Je n’ai évidemment pas parlé  de Charlie à  mes fils car, comme pour le reste des atrocités de ce monde, je me dis qu’elles leur sauteront au visage bien assez tôt.

J’espère  de tout coeur que ce massacre ne va pas laisser la place aux amalgames ainsi qu’à   d’autres  formes de haines. 

J’espère  de tout coeur que l’unité qui caractérise si idéalement les français aujourd’hui perdurera  longtemps.

Je suis Charlie et à part continuer de rire et d’aimer, je ne peux rien faire pour sauver le monde .

Puissions retenir l’amour et  la liberté  qui nous animent en ces jours noirs….

… »La haine tue toujours, l’amour  ne meurt jamais ». 

Gandhi

C’est con à dire mais … peace  and  love  les gens .

Je suis désolée si ce billet vous semble niais ou inutile  mais je crois que j’avais besoin de l’écrire .

Noémie  .

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s