Petit précis de Merditude maternelle aiguë .


20140529-193059-70259571.jpg

Il y a des jours où tout te semble compliqué.
Des jours où tu as le sentiment que tout ce que tu souhaitais que tes enfants respectent pour assurer ta survie n’a pas été entendu.

Des jours où, en fin de journée, le moindre petit bruit peut te déclencher une migraine.
Ces soirs où tu te sens nulle, mauvaise mère, de ne pas réussir à gérer mieux que ça, de ne pas parvenir à mieux les canaliser.

Finalement, sans même le réaliser consciemment, tu dresses la liste de tous tes échecs parentaux comme si tu avais à ton actif une liste longue comme le bras.

Tu oublies tout le reste, le temps de cette soirée .

Tu le sais bien que demain, la rage sera partie, tu caresses l’espoir que, avec le soleil qui se lève, tu démarreras une nouvelle journée avec une opinion de toi-même meilleure que la veille.

Mais pour le moment, on en est pas là, tu déprimes, alors qu’au fond de toi, tu sais que ça n’est rien de grave , c’est juste ce sentiment de Merditude maternelle qui s’est emparée de toi.

Il faut dire que oui, tu en es sûre, tes invités du jour partiront en pensant que tes gosses sont chiants, parce que oui, putain aujourd’hui, ils l’ont été. ET FRANCHEMENT.

Tu trouves que tu ne sais plus comment prendre tes gosses pour bien faire ces jours-là.
Parce qu’ils crient trop fort et ils parlent trop.
Parce qu’ils n’écoutent pas un sombre petit mot de ce que tu peux dire parce que toi aussi tu parles bien trop fort et tu parles trop tout simplement.
Parce qu’il faut avouer que plus les heures passent et plus la Merditude maternelle prend le dessus sur toi et plus tu perds tes moyens.

J’essaye alors de me concentrer sur ce soir, quand ils dormiront, quand je les embrasserai et que je poserai ma main sur leur petit front chaud en m’excusant  d’avoir lâché l’affaire aujourd’hui encore.

Parce que oui, même si ça m’fait chialer, c’est indispensable pour moi de leur dire ça, pour ne pas me réveiller demain énervée et culpabilisée encore.

Aujourd’hui est un jour comme ça alors je prends le clavier pour que ça sorte, pour que tu captes bien qu’on est toutes dans le même bateau et surtout pour que tu te persuades comme moi que oui, ça ira mieux demain. <3.

 

Noémie.

Publicités

14 réflexions sur “Petit précis de Merditude maternelle aiguë .

  1. Je connais tellement ce sentiment ! Quand tu sais qu’il faudrait stopper tout, prendre le temps de se poser avec eux, casser ce cercle infernal mais que la fatigue, l’énervement et la colère ne te le permettent pas :/
    Mais, comme tu dis : « Allez !! Ça ira mieux demain »……enfin j’espère :p

  2. Idem chez moi… Ce soir en te lisant on se sent moins seuls et on en a même ri avec mon homme après qu’il ai lu ton billet et qu’il m’ai dit « ça te rassure si je te dis que la merditude paternelle existe aussi? » 😉

  3. Ça doit être une phase alors, PCq ce soir moi aussi je baigne dans la merditude maternelle, c’est encore plus difficile quand tu as l’impression de baigner dans la merditude générale… Mais ton billet a quelques choses de rassurant! Allez, ça ira mieux demain…

  4. Juste le fait de se poser toutes ses questions, de se remettre en question et d avoir se recule monte que tu es une super maman … Mais j aime quand tu nous montre aussi tes « bas » on se sent moins seule, plus maman comme tout le monde

  5. tu touches juste…il y a des jours où on aimerait tout recommencer, effacer ces mots prononcés qu’on ne pensait pas et qui blessent…calmer ce ton, ces cris qui ont été présents toute la journée sans qu’on ai pu les apaiser…glisser un message secret, un geste tendre à ces « ptitsmonstres » pour trouver le moyen de les changer de greemlin’s en « enfant modèle »…. et on se torture avec tout ce stress accumulé, toute cette honte, cette culpabilité de ne pas avoir réussi à faire mieux….difficile de se voir bienveillant et capable…mais oui…demain est un autre jour…. chaque jour est un nouveau départ et une nouvelle chance….alors accrochons nous pour ceux que nous avons porté, ceux que nous aimons plus fort que tout….donnons leur nos espoirs de mieux (et non notre doute et notre angoisse)et oui…demain est un autre jours…. merci pour ce billet….touchant, vrai et sincère…. (je suis particulièrement touchée par ta façon de leur dire que tu t’excuse pour ton comportement que tu juges « défaillant »….cela leur montre que chacun a droit à l’erreur, et que chacun a droit à une nouvelle chance, il parait que leur montrer ce côté de nous leur permet de nous voir plus humain….)
    Alors si tu t’es couchée « cruella d’enfer » hier…..demain tu seras peut être « marry poppin’s »…… qui sait?????

  6. Ce sentiment de merditude maternelle m’envahit presque chaque jour!…Et je me pose une série de questions « pourquoi j’ai choisi d’avoir des enfants? », « est-ce que cela me rend encore heureuse? », « qu’elle aurait été ma vie si j’avais fait d’autres choix? »….et le fait même d’oser me poser ces questions me fait encore plus culpabiliser!…Arghghgh que c’est compliqué une femme 🙂

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s