Son autre Mamie.


son autre mamie

Un dessin fait spécialement pour Mamie Pascale. ❤

Je me suis longtemps demandée à quoi ressemblerait ce moment .
J’ai tenté d’anticiper ses questions et ses attentes tant de fois.
Ce jour ou mon fils allait me parler de la mort pour de vrai.
Me parler de la mort ou plutôt de l’absence de quelqu’un .
Il y avait bien eu les escargots et leur coquille vide, les mouches qui ne volent plus.
Toutes ces choses qui nous signifient que l’on est là certes, mais que le lendemain, on pourrait tout autant ne plus l’être .
Je ne me sentais pas à l’aise avec ses choses là car j’appréhendais terriblement ce que j’allais être capable de dire ce jour-là.

Ce fameux jour, c’était vendredi dernier, nous étions en voiture et nous nous rendions chez une amie.

 

(Prenez le temps de cliquer, d’écouter et pourquoi pas de lire ces paroles si douces et si troublantes. Cette chanson est  extraite de la plus que réussie bande originale des Sons of Anarchy (saison 1 à 4)).

Tout à coup, Gabriel s’est mis à me questionner sur sa Mamie Pascale.
Cette mamie dont il porte le prénom après le sien.
Il m’a posé les questions qui font trembler la terre :

« -Elle est où?
-Mais on ne peut pas aller la voir alors ? »

J’ai opté pour la réponse bateau en disant qu’elle était au ciel et que du ciel on en revenait pas et que non, nous ne pourrions pas nous y rendre non plus pour une visite aussi courte soit-elle…
Je ne sais pas par quel mécanisme il en est arrive là mais l’annonce du fait qu’il ne pourrait jamais la voir nulle part l’a conduit à la conclusion universelle :

« Elle est partout « 

Il me rassura alors (oui, je devais avoir un air triste et crispé tant et si bien qu’il jugea nécessaire de me rassurer) en me disant qu’elle était où il voulait puisqu’elle était dans son cœur, sa Mamie Pascale.

Nous arrivions alors au village de mon amie, une vieille dame passa près de notre voiture qui avançait tout doucement comme je cherchais mon chemin.
Gabriel l’observa et me demanda alors :

-« C’est elle Mamie Pascale? »

Puis il ajouta pour corriger :

-« Ah mais non c’est pas possible « 

Comme s’ il avait été l’espace d’un instant urgent de mettre un visage sur cette absence et à la fois évident que cette quête serait  vaine .
Je me suis trouvée bien bête et sans voix mais je m’en suis mieux sortie que ce que j’aurais cru. Et lui aussi surtout .
Les jours qui ont suivi il a ressenti le besoin d’en parler, de raconter à son père avec un sourire déployé mais grave que oui, cette mamie était dans son cœur, qu’il pensait beaucoup à elle et même plus fort, qu’elle lui manquait et qu’il …l’aimait.
Pas plus tard que ce matin, d’ailleurs, il m’a dit :

– » Mais avant, Mamie Pascale elle était la maman de Papa et de tonton…Comme toi? ».

Je pense qu’il réalise à quel point son père peut ressentir un manque et un vide, à quel point vivre sans sa maman ça n’a rien de chouette.
Il témoigne d’une empathie et d’une compassion assez déstabilisante pour son jeune âge. Il n’a que trois et demi et des brouettes tout de même. Bientôt, il demandera à son père ce que signifie le tatouage qu’il a sur le bras…

Tout cela me met une claque.
Ça me confirme que faire un gâteau dans le moule de la belle-mère que je n’aurai jamais à chaque fête de famille comme un symbole pour elle, c’est important.
Ça me rend fière de porter sa bague à mon doigt.
Ça me fait accepter mes sentiments, je m’autorise à me dire qu’à moi aussi en toute sincérité  elle me manque .

 

Cette anecdote d’un jour inoubliable mais ordinaire me rend fière de ne pas avoir essayé de passer « ça » sous silence, fière que ce portait d’elle soit exposé au salon sans crainte, fière de ne pas avoir eu assez peur des questions de mes enfants pour faire comme si vivre sans Mamie Pascale était normal.

Tout se passe naturellement, ça n’est pas du tout ce que j’avais imaginé . En effet dans tous mes scénarios complexes, cet événement était forcément dramatique.

Je ressens pourtant et puise beaucoup de douceur dans ces instants, comme le sentiment qu’elle nous observe et nous entoure de toute sa bienveillance, qu’elle est touchée par ces actes d’amour qui « traverse les nuages » comme je l’explique à mon fils.

On a tant à apprendre de nos enfants, toute la richesse et la complexité du monde se trouve transformée par la douceur de leur enfance, si nous prenons la peine d’entrer en empathie avec eux, ils transformerons inévitablement notre vision de la vie, toute entière, et plus encore .

Publicités

2 réflexions sur “Son autre Mamie.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s