Hier, j’ai pensé à toi.


Kandinsky-Kiev_grand

Kandinsky, The Great Gate of Kiev.

(L’œuvre proposée à mes élèves hier matin)

 

Hier, c’était une grande première .

La première vraie inspection de ma courte carrière.

Des visites, j’en ai eu des tas tu sais, mais c’est pas pareil hein.

Mr l’inspecteur dans ma classe, ou plutôt celle que je partage avec mes collègues, c’est du stress, du vrai, du comme il faut.

Même si on bosse dur .

Même si on est convaincu de faire du mieux que l’on peut .

Je te l’avoue, j’ai pas trop mangé cette semaine, j’ai beaucoup râlé, j’étais d’une humeur massacrante avec tout le monde, rien ne pouvait me détourner de mon but : Préparer cette journée au carré.

J’ai pensé à toi hier, si tu savais .

J’ai pensé à toi quand vendredi, je me suis relevée à une heure du matin pour ouvrir mon cartable et vérifier que je n’avais rien oublié, comme si je ne pouvais pas le faire cinq heures plus tard…

J’ai pensé à toi en me regardant dans le miroir hier matin, je me suis dis que j’allais emporter ton collier avec moi dans ma poche, comme un gri-gri.

J’ai pensé à toi quand j’ai préparé ma classe avant son arrivé.

J’ai pensé à toi lorsqu’il a passé la porte de l’école pour venir ensuite me serrer la main.

J’ai pensé à toi quand j’ai essayé de retenir avec pudeur leurs élans de tendresse quand ils sont arrivés au compte-goutte dans la bibliothèque.

C’était si fluide et si normal qu’on se serait cru un jour comme un autre, dans ma classe .

Même les plus petits de mes élèves ont été subjugués par l’œuvre d’art que j’ai proposé lors des activités ritualisées. Tout le monde avait une touche à apporter, un ajout langagier plus que pertinent à proposer. J’étais assez impressionnée.

C’est passé si vite, tout est passé vite, le goûter, la salle de jeux, les apprentissages en classe.

Vite et bien.

Comme si le stress s’était envolé pour laisser place à la performance.

Juste et mesurée.

J’ai pensé à toi quand il était temps de me retrouver face à lui pour cet entretien tant attendu.

Tu sais, il a dit plein de choses qui t’auraient rendu fière de moi.

Toi, ma Mami Mimi.

Celle que j’ai trop peu connu.

Mais dont je me remémore souvent les anecdotes.

Des anecdotes de maîtresse .

Des petites histoires de gamins rigolotes.

Aujourd’hui, je suis comme toi.

C’est plutôt une fierté car scolairement, je n’étais pas de ceux qui peuvent se reposer sur leurs facilités . Globalement, mon engouement pour ce métier a un peu étonné tout le monde .

Mais j’y suis arrivé.

C’est une vocation pour moi, comme c’en était une pour toi.

J’aurai aimé pouvoir te raconter cette journée d’hier, alors je te l’écris et je suis sûre que de là-haut, tu la capteras.

Tu sais, j’ai demandé il y a peu une photo de toi  en classe à Papa pour l’encadrer et l’emporter partout, sur tous les bureaux de maîtresse où l’Éducation Nationale souhaitera me conduire, tu seras avec moi.

Bref, hier, j’ai pensé à toi, Mami.

 

Publicités

10 réflexions sur “Hier, j’ai pensé à toi.

  1. très joli article, plein de coeur et d’esprit. La « performance »… oui, je vois de quoi tu parles 🙂
    Je te souhaite une belle et longue carrière, tu as visiblement beaucoup à apporter aux enfants qui te sont confiés.

  2. Encore une fois tu me fais pleurer …
    Quel jolibillet, quelle magnofique inspection … (ma première à moi, c’était l’année dernière, je comprends ton stress!!!).
    Comme c’est magique ces journées de classe où ça se passe comme on le veut, quand nos petits élèves font partie de notre vie, quand on leur offre ce qu’on souhaite leut offrir …

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s