Et si on disait qu’on partait en vacances ?


sionpartaitenvacances

Pour Mini, rien n’est impossible.

Il a deux ans dans six jours et des projets, il en a à la pelle.

Des petits projets comme celui d’ aligner toutes ses petites voitures.

Des grands projets aussi, comme pouvoir avoir en sa possession tous les ballons du monde.

Pour P’tit Pois, tout est sujet à aventures.

Il a trois ans et demi, il vient tout juste de les avoir, il est inventif et fascinant et des projets, il en a à revendre lui aussi.

Des petits projets comme de dormir au dessus de la couette enroulé comme une fajitas par Maman.

Des grands projets aussi, comme de combattre les méchants ou d’attraper les requins.

Avec ces deux là, je suis parfois au spectacle avec toutes ces aventures.

Assise sur une chaise à observer, il ne me manque que le pop-corn et j’y suis : Dans leurs aventures.

Oui, P’tit Pois appelle ça comme ça, leurs aventures… Ce sont les projets ( parfois lourdingues et saugrenus) qu’à P’tit Pois et qu’il a envie de partager avec son frère.

Dans ces scènes s’illustrent pour moi toute la richesse de l’enfance .

Parfois, rien que l’explication que P’tit Pois fait à Mini concernant ledit projet est à mourir de rire. Le pire c’est que moi, sur ma chaise à regarder, je glousse en me disant que Mini n’a rien compris .

Mais en fait si.

Il faut m’expliquer.

Enfin, non, il faut pas.

J’ai juste à me taire, observer sourire et savourer.

Sans poser de question.

Sans essayer d’anticiper. Surtout pas tu parles, j’ai pas envie de me gâcher la surprise.

Bref hier, il s’agissait de partir en vacances, c’était ça le projet.

P’tit Pois exposa son souhait à Mini qui fut, comme à son habitude, tout de suite partant.

P’tit Pois s’agita un instant pour trouver deux  sacs pour préparer le voyage, il fallait bien le remplir avec ce qu’il faut tout de même, avec la route et les tempêtes qu’il disait.

Il donna à Mini un panier de course, le pauvre commis était chargé des denrées alimentaires . Mais, même si cela ne semblait pas l’emballer tant que ça, il s’y colla. Fruits, légumes en feutrines, louche, assiettes, cuillères en bois, Ketchup, saucisse. L’essentiel en somme. Tout y était .

Pendant ce temps, P’tit Pois lui, s’affairait à réunir toutes les voitures Cars éparpillées dans la maisonnée. Il les répartit ensuite dans les deux sacs prévus à cet effet. Il prit soin d’expliquer à son frère de ne pas s’inquiéter, qu’il devait être « zen », qu’il n’était pas en train de lui piquer ses voitures mais qu’il les préparait juste pour les vacances .

P’tit Pois vint récupérer les provisions, il expliqua à Mini que c’est lui qui allait les porter car il était plus fort pour le moment car il était plus grand ( tout s’explique).

Il était ensuite déjà temps de partir.

Ils se prirent instinctivement par la main et traversèrent le long couloir qui mène jusqu’à notre porte de garage. Ils avançaient trop fiers. P’tit Pois faisait mine d’observer avec admiration un paysage inconnu, Mini, par mimétisme, en faisait de même.

Une fois arrivés à la fameuse porte, ils firent une pause pour grignoter un truc qu’il dit . P’tit Pois choisit la saucisse, Mini le ketchup.

C’est pas surprenant car dans la vraie vie, P’tit Pois ne voit que par les saucisses, que je lui épluche avec tendresse pour qu’elles soient parfaites, car c’est comme ça qu’il les aime. C’est pas surprenant pour le Ketchup, qui fascine Mini, qui se viderait bien la bouteille dans la bouche si je n’étais pas là.

Une fois repus, ils reprirent la route. Il remontèrent donc le couloir en sens inverse.

A l’arrivée, ils prirent l’ascenseur . Pour ce faire, P’tit Pois s’est installé dans un petit coin du couloir, il  a installé son frère tout près de lui. Il a appuyé ensuite sur un bouton (?) mais c’est alors que Mini déclencha l’alarme, le coquin. Après une légère remontrance, ils étaient enfin arrivés dans la maison des vacances .

J’étais fascinée.

P’tit Pois balaya la pièce comme s’il n’avait jamais vu notre salon de sa vie et comme s’il semblait découvrir tout ce qui le composait, tous les jouets qui s’y trouvaient.

Han mais regarde ce canapé !

Regarde le super garage qu’il y a !

Wah et le tapis pour les voitures !

Mini, petite photocopie émotionnel de son frère sur l’instant, s’empressa de manifester sa joie et son excitation, comme si lui aussi pouvait tout s’approprier pour la première fois.

Ils étaient heureux, ils souriaient jusqu’aux oreilles et moi sur ma chaise, je n’en loupais pas une miette, j’en faisais une description mentale, je pensais en texte cette scène que j’avais déjà envie d’écrire pour immortaliser .

Cela devait se voir que j’étais émue, car P’tit Pois, en me regardant furtivement sans quitter son imaginaire me décrocha un sourire béat .

Ce sourire que j’aime, qui déclenche l’apparition de ses yeux rieurs et malins, ce regard que j’aime tant.

Celui qu’on a quand on est heureux.

Il s’approcha de moi, Mini couru derrière, il me prit la main en me demandant :

Maman, tu pourras partir en vacances avec nous la prochaine fois ?

J’ai accepté avec grand plaisir, je me suis laissée porter par son imagination, j’ai vidé ma tête, je ne savais plus rien sur les vacances, je ne savais plus rien de rien, j’étais juste connectée à lui, connectée à eux et j’avais cinq ans .

Publicités

14 réflexions sur “Et si on disait qu’on partait en vacances ?

  1. Enchanteur , émouvant , en te lisant j’ai 2 ans ou 3 …..et je retrouve la magie de mes jeux d’enfant au même âge ( j’en ai 70 ! ) . ……Du coup , je vais rechercher dans mes tiroirs les trésors de mes petits , adultes maintenant . MERCI

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s