La revanche.


revanche

Voilà des mois déjà, qu’il en avait l’envie.

P’tit Pois voulait dessiner un bonhomme.

Il avait une idée si précise dans sa tête qu’aucun bonhomme fait sur le papier/sur ardoise/ sur le sol avec des craies ne pouvait s’en rapprocher.

Il était comme pétrifié par la frustration et je dois le dire, par la peur de l’échec.

Il saisissait un feutre ou tout autre outils scripteur et entamait un tracé décidé et net . Puis, ensuite, c’était la chute .

La critique de soi :

Maman, mais c’est trop moche ce que je fais, j’arriverai jamais à faire un bonhomme. Aide moi, prend ma main pour faire.

Chose que je m’empressais de faire évidemment mais aucun bonhomme ne lui convenait, ils étaient tous moches selon lui.

Maman, tu as tout gâché, c’est pas le bonhomme là que je voulais faire, je suis triste Maman.

Ensuite, les larmes, parfois la violence.

Cela s’appelle le perfectionnisme .

P’tit Pois est perfectionniste à un point que je ne saurai exprimer.

Il voulait un bonhomme parfait, celui qu’il s’imaginait dans sa tête. Et tant que sa motricité fine ne lui a pas permis d’accepter que je lui lâche la main pour créer ce bonhomme tant attendu, les dessins étaient une source de stress énorme pour lui.

J’ai alors mis en place, avec l’aide de notre orthophoniste des activités artistiques abstraites, qui lui ont permis d’obtenir satisfaction de lui même par des productions qui n’ont pas de « norme » . Nous modelions de la pâte à sel, de la pâte à modeler, nous mélangions des couleurs à la gouache sur des feuilles immenses avec l’objet qu’on avait envie d’expérimenter. Nous réalisions aussi des peintures de la colère en frappant nos mains très fort sur notre feuille cartonnée pour se défouler. En commençant nos oeuvres, nous n’avions aucune idée d’où elles allaient nous mener, aucune idée du résultat. C’est parfaitement ce dont il avait besoin.

Toutes ses œuvres étaient de toute beauté, elles étaient tellement lui.

 

env

Je dis « nous » car lors de cette étape également, je m’essayais moi aussi, avec lui à créer librement des choses qui n’ont de norme que celle de notre cœur, à l’intérieur.

J’ai pris énormément de bonheur à partager ces moments avec lui, à lui permettre de se voir autrement que comme celui qui ne sait pas faire ce qu’il voudrait pourtant faire .

Hier, P’tit Pois, trois ans et demi a réalisé sa première peinture de la colère en complète autonomie. Il verbalisait parfaitement ses actions et il m’a fait  sourire en m’expliquant :

Au début, je tape parce que je me défoule, ensuite je caresse car je suis calmé. Regarde comme c’est pas pareil l’effet avec la peinture, j’adore.

N’est-ce pas fascinant ?

Hier soir, j’ai vécu un moment de grande gloire .enfin, je devrai bien sûr dire « NOUS ».

Un moment qui m’a fait me sentir toute petite et  liquide tellement je n’étais qu’émotion et fierté.

Nous étions en plein dans le rituel du coucher, il a demandé à utiliser son ardoise pour dessiner.

Rapidement est venu l’idée de dessiner un bonhomme.

Il a entamé un tracé décidé et net, il a dessiné une tête.

Il n’a pas demandé mon aide.

Il a dessiné un ventre et des bras puis des jambes.

Il manquait les yeux qu’il disait, et la bouche aussi et le nez.

Il n’a pas demandé mon aide.

Il a donné le trait final à son bonhomme avec son nez qu’il a contemplé en souriant.

Il a posé son crayon, il a fait le tour de son œuvre et m’a dit :

J’ai réussi, ça y est Maman, j’ai réussi !

C’était la plus belle revanche possible pour moi.

La revanche d’un perfectionniste qui manque de confiance en lui et qui n’osait pas.

Et quand son Papa lui a demandé qui était ce bonhomme, il répondu avec fierté que c’était lui.

Tout cela peut paraître bien banal mais j’ai le sentiment que quelque chose de fort s’est passé hier.

 

 

On a contemplé un moment ce bonhomme, on a pu plaisanter, chose qui était impossible avant, tout semblait comme débloqué.

Je lui ai dis que j’étais super contente et fière et que c’était pour ça que mes yeux pleuraient. Je lui ai dit au moins trois fois :

Mais G. tu te rends compte ? Tu as réussi, il est parfait ton bonhomme !

Il me regardait avec un regard satisfait et qui semblait dire un grand « merci ».

 

Je suis sûre que dans trente ans, je me souviendrai  avec exactitude chacun des instants qui constituent cette soirée.

Il y a tant de jours qui marquent une vie et j’aime tout particulièrement quand la profondeur d’un souvenir inoubliable se creuse dans une journée banale que l’on croyait chiante .

Publicités

19 réflexions sur “La revanche.

  1. C’est un grand pas pour lui dans l’acquisition de la confiance en soi, et une grande fierté pour toi.
    J’ai eu les larmes aux yeux d’imaginer ce petit garçon insatisfait de lui même, dépourvu de toute confiance en lui et se sentant incapable de réaliser son projet. Ça doit être douloureux pour lui, heureusement il peut compter sur sa maman pour l’épauler et lui donner des clefs pour avancer.

  2. Oh c’est merveilleux pour lui alors ! Et c’est aussi extrêmement intéressant de voir à quel point un petit bonhomme comme le tien éprouve des choses tellement importantes et difficiles pour lui. Je trouve ça assez fascinant, bravo à lui et à vous !
    Ton petit pois est un petit homme sacrément intelligent, et intéressant 😉

  3. olalala mais c est tout mon fils ca!
    Pareil il n y arrive pas, je l aide, comme toi en lui prennant la main, on fait un 10 20 bonhommes,aucun ne lui convient, ils sont tous moches, alors ca finit toujours pareil, il met la feuille en boule de rage et jete a la poubelle: c est moche! j ai beau lui dire que nan rien y fait! la depuis debut de la semaine il fait des monstres, on laisse les bonhommes (trop de pression? les « monstres » aucun pb!), merci pour cette facon de voir, et merci pour le bo bonhomme de ton fils!! je continue patiemment avec le mien, et j attends tranquillement son premier bonhomme dont je serais super fiere! merci

  4. Tu devrais lire « Stern » et ses ateliers de peinture en lieu clos… tu y trouveras certainement des informations, des pistes et tu te rendras compte que ton fils est loin d’être le seul … et que (je suis comme toi enseignante) nous faisons des dégats très tôt ds l’EN à ne pas permettre aux enfants de laisser des traces, d’expérimenter, de « gribouiller » (comme dirait certains!!! ») à leur imposer un sujet, une idée… Bravo à ton p’tit gars en tous cas 😉

  5. Pingback: Le virage 2014. | La maman des P'tits Pois

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s