S’aimer quand on est parent .


saimerquandonestparent

S’aimer, quand on est parent .

C’est en apparence moins épanouissant .

Mais tellement plus grisant .

Que notre vie platonique d’avant .

 

S’aimer quand on est plus que deux.

C’est savourer chaque instant radieux.

De nos rendez-vous ambitieux .

Trop rares mais si fougueux .

 

S’aimer quand on a une famille .

C’est  ne plus se déchirer pour des broutilles .

Remplir sa vie de douces et subtiles peccadilles.

Et sortir enfin de sa coquille .

 

S’aimer quand on a grandit .

C’est être fier du chemin accompli .

D’avoir survécu à toutes ces courtes nuits .

A toutes leurs envies, à leur cris, à nos vies .

 

S’aimer comme des fous, à deux .

Même si aujourd’hui on est quatre, il y avait nous avant eux .

Ne pas s’oublier, se faire des aveux .

S’aimer plus fort mais surtout s’aimer mieux.

 

S’aimer quand on est parent.

C’est regarder fixement, à travers eux, ce foutu cadran .

Saisir l’urgence des sentiments .

Et celle de s’aimer à n’en plus pouvoir, maintenant.

 

 

 

A celui que j’appelle par un petit nom.

A qui je voue une si grande admiration.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “S’aimer quand on est parent .

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s