Elle.


Elle était potelée on a dit . <3

Elle était potelée on a dit . ❤

Un coup de téléphone, une course effrénée jusqu’à la maternité, une maman fatiguée mais comblée . Une rencontre .

C’était elle.

Elle était ronde et souriait aux anges alors qu’elle venait à peine de naître. Elle était toute rose et sentait bon la vie . Elle avait des cheveux tout doux et soyeux.

Je l’ai tout de suite aimé,  d’un amour gigantesque . Je me rappelle l’avoir admiré un long moment dans son berceau transparent, sans rien dire, comme un spectacle divin. Je me rappelle aussi ma si grande déception de devoir rentrer à la maison sans elle ce soir là .

Elle était là, ma petite sœur .

J’avais huit ans, on était le 7 octobre 1992. J’étais devenu une grande sœur .

21 ans plus tard, jour pour jour, j’avais envie de lui écrire un petit mot . A ma sœur .

Petite sœur, je voudrai que tu saches à quel point ma théorie du Chewing-gum prend son sens avec toi . Oui, tu te souviens, quand j’étais petite, j’imaginais que les gens qui s’aiment étaient reliés par un fil de chewing-gum invisible qui pourrait s’étendre à l’infini et que  rien ne pourrait casser ce lien .

J’étais barrée hein ?  Je sais . Mais enfin, tout ça pour te dire que oui, j’aimerai te voir plus souvent, j’aimerai que tu me parles plus souvent, j’aimerai que l’on partage encore plus de choses ensemble . Mais on a nos vies, je suis overbookée, je crois bien que  toi aussi .

Mais c’est si bon de te voir, je sais que tu trouves aussi .

Je suis souvent en manque de nos fou-rires, j’ai envie de soirées à ne rien foutre en pyjama à regarder des niaiseries, des journées junk food/shopping à faire les vamps.

Bref, je sais pas si tu le sais mais pendant longtemps, je disais ne vouloir qu’un seul enfant, puis un jour le Chef m’a demandé qui était la personne la plus importante à mes yeux dans ma famille . Ma réponse a été toute simple : C’était toi, évidemment . Quelques années plus tard j’étais Maman d’un petit garçon et j’en attendais un autre .

Cette franginitude, c’est un truc trop puissant . Quand je te vois, je me sens bien, je me sens simple, sans avoir besoin d’en faire trop, je me sens plongée dans mon enfance avec toi, c’est agréable, ça me renvoi à qui je suis vraiment, à mes racines. Tu es comme un repère, un point fixe rassurant dans  ma vie .

On a traversé tellement de choses quand on y pense, j’espère que tu as le sentiment que j’ai toujours été là pour toi . En tout cas moi, j’ai le sentiment que tu l’as toujours été pour moi .

On se dit je t’aime comme des petites filles à chaque fois que l’on s’écrit un message, c’est normal, c’est sincère .

Quand  j’observe mes fils et qu’ils se bagarrent, quand ils se câlinent aussi mais surtout quand j’ai le sentiment de ne pas être à la hauteur pour être  mère comme je le voudrai de mes deux garçons, je pense à la chance qu’ils ont au fond, d’être deux . Je repense à ce lien si puissant qui nous unit et ça m’aide beaucoup au quotidien à relativiser mon utopie maternelle .

Je t’aime, j’aime pas quand t’es triste et que tu me dis de surtout pas t’appeler, pour pas craquer. Je  préfère quand t’es trop heureuse et que t’oublie de donner des nouvelles .

Je t’aime, j’aime quand tu deviens grande et que c’est comme si j’avais plus besoin de jouer à être la Maman, même si au fond je me demande si c’est pas dans ma nature profonde de materner les gens .

Je t’aime, quand tu me ressors des anecdotes qui datent de Mathusalem et qu’on rit à en pleurer .

Je t’aime, même quand je sais que tu te demandes comment je peux porter ce pantalon avec cette chemise  Je t’aime avoue le, au fond tu t’en fout de tout ça , même si t’as un blog mode ( coucou Un poussin en escarpins ).

Je t’aime depuis toujours.

Depuis l’instant ou ta petite main potelée a serré mon doigt .

Je t’aime pour toujours .

Je dis pas qu’on sera toujours du même avis mais je sais que ça s’arrangera toujours.

Car tu es la plus importante.

Car je sais que toi aussi  tu le penses.

Car rien ne pourra jamais changer ça .

Car on a pas besoin de parler pour être en être certaines .

Mais ce soir je voulais te le dire, juste pour être sûre,

Je t’aime petite sœur .

Je te souhaite un excellent anniversaire .

Je te souhaite des matins doux et remplis d’amour, je te souhaite une vie remplie  de petits bonheurs simples,  je te souhaite toutes les  réussites possibles car tu le mérites même si parfois t’as un baobab dans la main . 🙂

Tu le mérites car tu es quelqu’un d’exceptionnel.

Tu dois jamais en douter, tu dois jamais laisser quelqu’un penser le contraire .

Je t’aime parce que t’es barrée et que ça me rappelle que je ne dois pas omettre que moi aussi je suis barrée et que ça fait franchement du bien  de se le rappeler .

Je t’aime car t’es un peu moi en plus petit.

Je t’aime point <3.

Bon anniversaire .

 

 

 

Publicités

9 réflexions sur “Elle.

  1. Quelle belle déclaration! Par contre rien à voir mais je suis heureuse de lire le mot mathusalem…je ne l’entends tellement pas que je me sens extraterrestre quand je l’emploie, et que j’ai l’impression que mon jeune interlocuteur ne comprend pas ce mot…bon anniversaire un poussin en escarpins!

  2. BAH BRAVO, comme tous les ans, tu me tires les larmes mais alors la c’est des grosses larmes de crocodiles…
    merci pour tout, pour la véritable môman que tu as été pour moi, d’être toujours présente quand j’en ai besoin et d’être celle que tu es ❤
    tu es mon pilié mon unique ❤
    JE T'AIME GROSSE TRUIIIIIE ❤

  3. Pour être moi même grande soeur, j’ai été hyper touchée par ton billet; il est magnifique ! Votre relation à l’air superbe et j’espère qu’elle durera encore et encore. Entre soeur on se cherche mais plus on grandit, plus les années filent et plus la connexion est belle, intense. Notamment quand on devient à son tour des mamans… Le sens de la famille reprend tout son sens. En tout cas moi j’ai sortie les mouchoirs alors aucun doute que ta soeur sera très émue de cet amour balancé, là, en plein coeur ! ❤

  4. Ton « lien en chewing-gum », ça me fait penser aux connections philotiques dans Le cycle d’Ender, Orson Scott Card 🙂 J’ai souvent cette sensation aussi d’un lien existant entre personnes très proches même si elles sont loin l’une de l’autre…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s