Propreté : Les parents proposent et l’enfant dispose.


Chaloupé, pour les intimes.

Chaloupé, pour les intimes.

Cela faisait longtemps que je voulais écrire au sujet de la propreté . C’est une sacrée étape dans la vie d’un enfant .

C’est également une source d’inquiétude non négligeable pour les parents . Pour ma part je trouve que la question la plus chiante qui arrive juste derrière : « Il fait ses nuits? » c’est bien  » Il est propre? « .

Oui , la propreté n’échappe pas (comme le reste tu me diras) à cette sorte de compétition parentale .

Elle rend fier certains, panique les autres.

On en oublierait presque que dans le cadre d’un apprentissage si grand, nous, parents ne pouvons pas décider du moment . On ne peut pas décider qu’un enfant est prêt car il sait monter les escaliers comme ils disent . Il sait contrôler ses sphincters  et alors ? Et le reste ? Tout ce qui se passe dans la tête de l’enfant, ses inquiétudes, les mots qui lui manquent pour exprimer cette étrangeté ? On y pense peu je trouve .

Quand je dis « on », je veux dire les parents en général, et moi aussi.

L’apprentissage de la propreté pour mon fils a été complexe . Il était « propre du pipi » ( et parfois même pour la grosse commission)  comme on dit, tout allait bien, jusqu’à ce que son frère soit hospitalisé, moi avec . On fit un bon en arrière. Cela voulait dire qu’il n’était pas prêt en fait finalement ? Je ne pense pas . Je me rendais compte à cette heure que vraiment l’aspect psychologique était énorme dans tout ça .

Quelques mois plus tard, « propre du pipi » à nouveau. Il s’essaya à quelques cacas mais soufra bien malheureusement d’épisodes constipation absolument terribles.  Ils étaient terribles, je t’assure, des hurlements de terreur, de douleur, des coups de fil aux urgences, des lavements, de l’angoisse parentale .

En fait, mon fils se retenait, je comprends aujourd’hui qu’il avait bien compris notre volonté de lui faire faire caca dans le pot. Il se retrouvait bien embarrassé, il ne voulait pas faire dans la couche car, tu comprends, Papa et Maman allaient être tristes, mais il ne voulait pas non plus faire dans le pot  car, franchement, pour lui, c’était trop flippant cette idée, il était trop tôt pour lui . Ajoutons donc à cette problématique une réelle constipation et tu obtiendras un cocktail détonant .

Alors, on nous avait dit aux urgences d’utiliser des lavements mais tu sais quoi, ils finissaient par ne plus avoir aucun effet . C’était terrifiant .

Il avait envie de faire caca sur son pot, il avait tellement envie que l’on soit content, si t’avais pu voir ça… Il était assis sur son petit pot Cars et me répétait sans cesse : « Mais j’ai pas peur du caca Maman ». Comme pour se convaincre, comme pour se donner le courage .

Je suis mère, je suis SA mère, je n’ai pas l’ombre d’une difficulté à reconnaître que je peux pleurer rien qu’en pensant à ces instants . Mon fils était tellement déboussolé, la perte de confiance en soi totale, ce sentiment d’instabilité …

 

Le temps passa, j’en parlais alors à nouveau à ma pédiatre qui m’a dit tout simplement de lâcher prise .

Alors oui, il était « propre du pipi », il portait des slips mais son père et moi, on lui proposait la couche pour qu’il puisse faire caca . C’était le début d’une nouvelle vie . Mon enfant a repris confiance en lui.

On dirait que du fait que nous lui proposions la couche il dédramatisait carrément puisque nous aussi, logique tu vois .

Je ne saurais pas te dire combien de temps il demanda la couche pour faire mais je sais que ça ne m’est pas paru long .

Toute la question de la propreté est devenue normale, marrante même . Genre tu sais, le caca, il fait « plouc », ouais, ça c’est fun .

Le jour ou il a demandé à faire sur le pot alors que nous ne lui avions pas proposé, elle a été là la victoire. Il a été là le jour J, il était prêt.

J’ai énormément pleuré, j’étais extrêmement fière .

Fière de mon fils car il avait dépassé ses pires angoisses .

J’étais dure envers moi même, je trouvais et je trouve toujours qu’on s’y est mal pris, je sais qu’il y a des erreurs que je ne referai pas pour son petit frère mais je relativise car ce parcours du combattant s’apparente tout de même à une victoire .

Il a 32 mois, il est (presque toujours) propre.

Voilà, mon récit. Je m’excuse qu’il soit autant larmoyant pour une histoire de caca mais il ne pouvait pas en être autrement .

 

 

 

 

Si tu aimes ce billet, n’hésite pas à le partager !

 

 

Publicités

7 réflexions sur “Propreté : Les parents proposent et l’enfant dispose.

  1. pourquoi tant de pression ??!!
    ce pauvre « caca » est une source de pression autant pour les parents (le tien est propre ?)
    autant pour nos doudous (allez Maman sera très contente si …)

  2. Le mien à 32 mois passé, presque 33 mois et la propreté…. euh ça veut dire quoi la propreté?
    Ni pipi, ni caca, non il veut la couche, il fait pour faire plaisir sur le pot quand je l’y installe mais sincèrement c’est le dernier de ses soucis, alors bon je garde la couche et je m’en fiche après tout, il fera quand il aura envie.
    On se met trop la pression avec l’école, on se met trop la pression pour rentrer dans les rangs (quoi ton fils il est pas propre encore? mais le mien a 24 mois et il commence deja a faire dans le pot…)
    Je capitule, je le laisse tranquil, à 18 ans de toute façon il n’aura plus de couche alors à quoi bon déclarer une guerre que je ne gagnerais pas quoi qu’il arrive, à quoi bon le brusquer, et surtout à quoi bon ne pas lui laisser le temps dont il a besoin, je suis sa mère pas son bourreau des décisions…

  3. c’est vrai! laissons les prendre leur temps! ils sont en avance pour bien d’autres choses! l’enfant ne contrôle rien de toute façon, c’est seulement le développement inconscient de son organisme qui dirige son évolution. Rien ne sert de le stresser pour ça, la propreté n’est qu’un détail dans son développement. Merci pour ton témoignage très touchant et sincère! Je vois bien que tu aimes tes enfants, c’est le principal! On apprend nous aussi à être parent, on découvre nous aussi au fur et à mesure que nos enfants grandissent, et comme eux, on est pas parfait du jour au lendemain sur simple demande de leur part! Biz’ – Fred

  4. je trouve cela génial!! et cette larme que tu as versé…. :-)) on est toutes (et tous les papas) toujours très fiers de leur réussite qu’elles sentent bons ou pas!!

  5. J’ai beaucoup aimé ce billet.
    Mon fils, 24 mois est en pas encore propre on lui a pas du tout proposé. Quand j’appelais ma grand mère à l’époque c’était ‘Alors il marche ?’ puis après ‘Alors il parle ?’ et maintenant c’est ‘Il porte encore des couches ? Met le en short dans le jardin & il se fera pipi dessus et ça lui apprendra ‘ …
    Que répondre ? J’ignore, ça se fera à NOTRE façon ! …

  6. Ici, un peu comme Elodie. Il sait faire, ça fait de nombreux mois qu’il fait sur le pot de temps a autre, aussi bien pipi que caca, notamment quand il a envie alors qu’il est tout nu (avant ou après le bain par exemple), il y pense plus facilement que quand il est habillé, mais bon, les 3/4 du temps, il s’en fout royalement !!! Quand on voit qu’il est sur le point de faire caca, on lui propose vite le pot avant qu’il fasse dans sa couche mais non, il n’en veut pas. Parois c’est lui qui demande a mettre un slip, on le laisse faire, on lui propose quand même régulièrement d’aller faire pipi sur le pot mais il ne veut jamais et au final…il se fait pipi dessus à tous les coups !! On dramatise pas mais bon, c’est vrai que ça se fait super lentement quand même cette affaire !
    Je crois qu’il a vraiment pas envie de « s’embeter » avec ça. Il a des copains de crèche du même âge qui sont propres depuis presque 9 ou 10 mois maintenant, mes parents qui demandent de temps en temps où ça en est… Moi, je m’efforce de rester cool. J’ai lu plein de témoignages de parents qui disaient que leur enfant avait eu le déclic du jour au lendemain, parfois 1 semaine avant la rentrée des classes.
    Alors voilà, il a 33 mois et… on attend ! 😉
    Bravo au Chaloupé d’avoir surmonté tout ça. Vous avez fait comme vous pouviez, nous non plus je sais pas si on s’y est bien pris, je trouve qu’on se fait pas mal mettre la pression par l’extérieur : je pense a la mère de son copain de crèche propre qui me demandait l’été dernier a chaque fois qu’on se voyait, où en était Pti Tonique avec la propreté. Je répondais qu’il en avait toujours rien a faire et a chaque fois, elle comme d’autres personnes, avait besoin de trouver une explication rationnelle a ça. Donc souvent, ce qui revient, c’est que l’arrivée de sa petite sœur a dû un peu le perturber donc tu comprends, il avait autre chose à penser… Mouais. Ou pas hein !!! (J’te jure!)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s