Portrait de mère : Solenn nous parle de sa maternité .


SONY DSC

J’adore cette photo, c’est une parmi une monstrueuse série où on essayait de faire LA photo de fratrie, sauf qu’ils étaient pas concentrés du tout, ça partait dans tous les sens (des enfants, quoi) et y’en a pas une qui soit pas en sucette. Mais je les adore, en fait. C’est eux.

 

Voyons voir, parle nous un peu de toi  … 🙂

Comment t’appelles-tu ? Quel âge as-tu ?

Solenn, 35 ans

Présente nous ta famille !

Nous sommes une famille recomposée chti-bretonne. Mais dans le patchwork, on réussit quand même une belle harmonie de blonds plus ou moins foncés aux yeux bleus (récessif power, je suis trop forte).
Il y a Arthur, le fils de mon compagnon, qui a 11 ans, un mélange d’Harry Potter et euh.. d’une concierge, faut bien le dire (pour le débit) ou d’une éponge (pour l’hypersensibilité), Kemo, mon fils, qui en a 7, lui serait plutôt un croisement entre Conan le Barbare (pour l’expression des émotions) et un mécanicien fou et Efflam, le petit dernier.. ou le petit premier, qui est à nous deux et qui a 2.5 ans, l’âge du petit pois à un ou deux jours près il me semble. Lui a décidé de ne faire aucun effort niveau langage et niveau cheveux. Il est un mix incompréhensible, à la fois très calin et très bourrin, très collant et très autonome… notre petite énigme, quoi.
Ce sont 3 prénoms bretons, et ce qui est rigolo, c’est que tous ces chevaliers étaient contemporains les uns des autres, voire amis.

Dans ton idéal, combien voudrais-tu d’enfant ?

Dans mon idéal, deux m’auraient suffi. Dans mon idéal, j’aurais bien voulu une fille. Dans mon idéal, j’aurais voulu des enfants du même papa. La vie se charge de nous apprendre que les idéaux, hein… Finalement la réalité, ça peut être super aussi. Ce qui est sûr c’est que j’ai besoin de beaucoup de temps pour moi, j’ai besoin de beaucoup de temps pour mon couple, et j’ai besoin de donner à chacun des enfants le temps et l’énergie dont il a besoin, et déjà avec 3, il y a des fois, c’est compliqué d’être à l’écoute de tous, alors plus…

Si tu devais décrire la maternité au sens large en un seul mot ça serait …

Oh bin je vais pas faire original à mon avis : amour.
ça résume bien hein?
L’amour maternel, il est inconditionnel, inaltérable, nourricier (dans les deux sens), il fait grandir, il protège. Il est là, c’est tout. Il te déferle un jour sur la tronche, pouf. Je me souviens très bien quand. Quand on a posé cette minuscule chose sur mon ventre, qui s’est mise à pleurer. Et là c’est juste un truc plus grand que toi qui te submerge, t’imprègne.

Explique nous en quelques mots quel « genre de maman tu es »

J’aimerais offrir à mes enfants, ce que m’a mère m’a offert à moi, et qui n’a pas de prix, je le constate tous les jours : une liberté et une confiance absolue. La liberté d’être moi même et d’être aimée pour cela.
Alors en pratique, du coup.. je suis une maman non-interventionniste (pas laxiste ou sans respect des règles et de la sécurité hein, ça n’a rien à voir). Je les laisse faire des trucs s’ils me le demandent, même si les représentations habituelles font qu’ils sont trop jeunes, que ça se fait pas, que c’est plutôt un truc de filles, etc etc pour faire ceci ou cela. Je ne les aide que s’ils me demandent. Je les laisse se planter, et leur explique que c’est pas grave, un plantage (bon ça c’est pas très facile^^). Je les encourage à suivre leurs envies. Je les aide à surmonter leurs trouilles. Je tâche (pas simple tous les jours ça non plus) de ne rien projeter sur eux et de respecter leurs idées, leurs opinions (ils en ont déjà de différents des miennes!), mais de les y faire réfléchir.
Bon et parfois, je suis une mère indigne aussi. J’ai vraiment besoin de beaucoup de temps pour moi. J’ai besoin de les coller devant la télé pour prendre un bain. Il était hors de question de prendre un congé parental, par exemple. Déjà, à la fin du congé mater, je tournais comme un lion en cage. La grossesse, les nourrissons, tout ça m’intéresse moyennement. Ce qui m’éclate, c’est de les voir grandir, échanger, découvrir le monde, penser par eux mêmes, ça c’est un kiff extraordinaire. Voir mes enfants devenir eux mêmes, découvrir leur personnalité.

Es-tu la mère que tu pensais être avant d’avoir des enfants ? Si non, en quoi es-tu différente ?

Mes enfants ont toujours été là, même avant d’être là. Je me les suis toujours représentés… sans réellement les définir, dans un grand flou plein de rires. Je pense que je n’ai pas changé grand chose à comment je me représentais mère. Mais bon, avoir des enfants ça change quand même en profondeur ses priorités et ses responsabilités face au monde je trouve, alors ils ont sûrement modifié des choses en profondeur. Mais en tous cas, pas ma vision de l’éducation et de la maternité. A part sûrement un peu plus de souplesse sur les « il faut/il faut pas » hein, selon la règle « avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants » ^^.

Pour toi, pourquoi est-ce difficile parfois d’être mère ? 

C’est pas vraiment difficile. C’est fatiguant, oui, et je ne gère pas toujours très bien la fatigue (j’ai appris et me suis découvert des ressources, ceci dit), mais pas si difficile. Quand ils sont tout petits et qu’il n’est pas toujours simple de communiquer avec eux, ça désempare de ne pas toujours les comprendre, surtout quand ils sont en détresse.
Mais après… un enfant… est un enfant. Si on se reconnecte à l’enfant en nous et qu’on sait écouter sans a priori ce qu’il a à nous dire, les solutions viennent d’elles mêmes.

Quelle est ta plus grande fierté maternelle ? 

Réussir (pour le moment 🙂 ) à élever l’enfant d’un autre.
Parce que là, ce n’est plus instinctif. Parce que là d’autres choses entrent en jeu. Il n’y a plus ce lien absolu et inconditionnel, il y a toujours le risque du faux pas. Et pour il y a une prédominance de l’autre parent, qui est son père, il a donc un droit « supérieur » sur l’enfant en cas de désaccord éducatif (il y en a toujours, même si c’est subtil) .
Il y a une différence, ce n’est pas ton enfant, le geste tendre et l’indulgence sont moins faciles, et pourtant il est nécessaire qu’il y ait une justice absolue (encore plus, en fait). J’en avais un peu parlé par ici, un jour sans .

Quel est selon toi l’article de puériculture indispensable ?

Ahahah, pour moi c’est vraiment une question à la con, ça. Quand je vois le nombre de choses inutiles qu’on vend aux futures mères, pour quelques mois, ça m’indigne, en fait (mais je me suis faite avoir, comme les autres hein ^^). Alors je dirai, le lit.
Le sommeil de la maman, du nourrisson, de l’enfant, c’est super important. Là où tu mets ton lit, comment tu le mets, la qualité du matelas, le dos ou le ventre, surélevé si RGO, le rituel du coucher… bref, un paquet de trucs se passent autour du lit les premieres années, je trouve.

As-tu allaité ? As-tu aimé cette expérience ? Pourquoi ? 

J’ai allaité, les deux. Le congé mater pour le premier, donc 2 mois et demi, et..; le congé mater pour le deuxième, sauf que c’était un congé mater de 3è, donc 4 mois.
Je n’ai pas tellement aimé, enfin… c’était paradoxal. C’était une évidence, l’allaitement, c’était facile dans le sens que je n’ai eu aucun souci particulier, la plupart du temps j’aimais ces moments. Mais c’était extrêmement difficile psychologiquement pour moi d’être la seule responsable de l’enfant. Et puis j’avais des affamés à 20 tétées par jour, je ne pouvais rien faire, je ne disposais plus de mon corps. La fin des allaitements n’a jamais été un déchirement, mais une remise en liberté de nos deux corps. Je ne suis définitivement pas un être de fusion.

Raconte nous une anecdote sur ta maternité .

Le papa de mon premier est du 20 aout, le papa de mon deuxième du 19 aout, mon aîné du 18 aout et mon deuxième du 23 aout.. le même jour de naissance que son arrière grand mère, image très forte et présente de la famille de mon compagnon.

Merci Solenn !

A la semaine prochaine pour un nouveau portrait de mère !

La bise !

Publicités

Une réflexion sur “Portrait de mère : Solenn nous parle de sa maternité .

  1. Serais tu la solenn mamaout 2005 sur mg?! Si oui, je suis diana (dalilila) kylian né en aout 2005 , si tu te rappelles de moi et que ca te dit de papoter voici mon mail flo.vallez@gmail.com comme toi j ai une famille recomposé j ai 4 enfants, astrid 10 ans kyky 8 ans arthur 3 ans et anais 2mois. Ton texte est plein d humour , joli famille !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s