Portrait de mère : Lydia nous parle de sa maternité .


 

Une photo qui m’émeut beaucoup ...

Une photo qui m’émeut beaucoup …

Comment t’appelles-tu ? Quel âge as-tu ?

Lydia Mammar, 25 ans (+ 20 ans, hum, mais qu’est-ce que je fous là, au fait, moi ?)

A la maison on m’appelle Maman, petite Maman chérie d’amour, Loute ou Papa.

Présente nous ta famille !

Famille de déjantés, recomposée…

A ma gauche, mon mari, chef d’entreprise, le père de mes deux derniers enfants. On s’est trouvé, un peu trop tard à notre goût. L’homme de ma vie, quoi.

A ma droite, Clément 14 ans, beau et chiant comme un ado, qui joue du piano comme un dieu, est passionné d’aviation – et nous bassine avec ses trucs d’aéronautique -, Lucien 4 ans, mignon et chiant comme un enfant précoce, qui lit déjà, écrit, fait des additions et des multiplications et corrige nos fautes de français, et Marius mignon et chiant comme un bébé de 20 mois qui ne veut pas dormir, ne veut manger que des pâtes et des compotes, jouer avec la litière et la gamelle du chat.
Et au milieu, moi. Beaucoup trop vieille pour avoir des enfants si jeunes, on me l’a assez fait remarquer, mais c’est ma vie qui s’est goupillée comme ça.

Dans ton idéal, combien voudrais-tu d’enfant ?

J’en ai déjà 3, ça ira merci.

Mais je crois que si j’avais 10 ans de moins, j’en ferais un 4e, un petit dernier ou une petite dernière pour la route.

Si tu devais décrire la maternité au sens large en un seul mot ça serait …

Déroutant

Explique nous en quelques mots quel « genre de maman tu es »

Parfaite en tous points. Bien entendu.
Allez, on va dire que je fais de mon mieux. Même si ce n’est pas toujours simple.

Es-tu la mère que tu pensais être avant d’avoir des enfants ? Si non, en quoi es-tu différente ?

Je ne me suis jamais projetée, j’ai tracé ma route au fur et à mesure, sans vision théorique, sans rien de prédéfini.

Comme disent les joueurs de foot, « on prend les matches un par un, comme ils viennent ». Ben voilà, je fais pareil.

Pour toi, pourquoi est-ce difficile parfois d’être mère ? 

Parce que des fois, j’ai envie de dormir, de glander, de pouvoir m’habiller ou aller au toilettes peinarde, bouffer n’importe quoi, lire, sans qu’on vienne me demander quelque chose ou me baver sur la cuisse…

Quelle est ta plus grande fierté maternelle ? 

Chaque jour m’apporte son lot d’emmerdements, mais surtout de petites satisfactions, de petits bonheurs. De les voir s’épanouir, progresser, gagner en autonomie, en débrouillardise, je trouve ça magnifique.

Quel est selon toi l’article de puériculture indispensable ?

La couche ?

Euh. Tout. Rien. L’aîné a passé des heures sur une peau d’agneau. Le 2e adorait le mobile musical accroché au-dessus de son lit. Quant au 3e, il kiffe les totottes.

As-tu allaité ? As-tu aimé cette expérience ? Pourquoi ? 

J’ai allaité les trois. Et j’allaite encore (eh ouais) le petit dernier. Je redoute la fin de l’allaitement pour mon dernier, qui va être un cap très difficile à passer (surtout pour moi, en réalité, c’est parfaitement égoïste, je sais).

Raconte nous une anecdote sur ta maternité .

Mon père n’a pas connu ses deux derniers petits-fils.

J’y pense tous les jours.

A la semaine prochaine pour un nouveau portrait de mère !

La bise !

Publicités

5 réflexions sur “Portrait de mère : Lydia nous parle de sa maternité .

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s