Ils existent


Cette semaine, j’ai traversé une phase courte mais éprouvante d’épuisement absolu .

La toux de P’tit Pois qui l’empêchait (le pauvre) de faire sa nuit, l’Acrobate et sa bronchite dentaire supplémentée d’une otite car chez nous, tu le sais on ne fait pas les choses à moitié …Ces quelques éléments m’ont mis sur les rotules, carrément. Une accumulation je pense .

Une accumulation de nuits pourries depuis  huit mois tout ronds et le reste ..:)

On m’avait prévenu, c’est difficile les enfants rapprochées, bla bla bla.

Oui, ça l’est je ne vais pas dire le contraire, être mère de deux bébés en même temps demande une énergie considérable, une énergie de dingue . Surtout quand tu es comme moi, que tu te couches en te bilant en te demandant si tous les deux sont bien logés à la même enseigne, si aucun des deux ne se sent délaissé parfois … Tu vois, même quand les enfants dorment, je trouve matière à réflexion maternelle pour me torturer et m’empêcher de dormir . Je suis une grande malade .:)

Jeudi matin était l’un de ces matins ou j’aurai voulu m’enfermer dans un caisson insonorisé, j’aurais voulu qu’ils changent leur couche seuls et qu’ils soient muets . J’aurai voulu disparaître, juste cinq minutes, pour reprendre ma respiration .

Ces matins là, la moindre tâche ménagère me semble une montagne alors qu’ils n’y en a pas plus que les autres jours. Je suis aussi catastrophée devant ma tronche de maman fatiguée  dans le miroir.

Ces matins là, je m’énerve pour rien avec P’tit Pois, il ne profite pas de ma faiblesse, non . C’est juste que je suis ennuyeuse ces matins là, je ne souris pas, je ne suis pas câline avec lui comme d’habitude, il ne comprend pas ce qui se passe .

Moi, ( comme d’autres mamans je pense) j’en ai vécu déjà pas mal des matins comme ceux là et ce que j’ai appris c’est que de l’état moral de Maman découle celui de ses enfants, j’ai mille preuves de ce fait .

J’ai appris aussi  qu’il en faut peu pour que nos enfants parviennent à nous faire sortir de cet état merdique .

C’est paradoxal, ils sont à l’origine de ce coup de mou mais le plus souvent ils sont les initiateurs de la guérison du mauvais poil.

Jeudi matin donc, j’allais craquer, pleurer  car mes yeux saignaient de fatigue, car P’tit Pois ne voulait pas stopper sa putain de trompette, parce que l’Acrobate refusait de dormir dans mon dos, sur mon ventre, dans le sling, partout … Normal en même temps vu l’état nerveux de la porteuse .

Puis, juste à ce moment précis, P’tit Pois, du haut de ses 25 mois, s’est approché de moi et m’a donné ces quelques mots :

« Maman triste, pas pleurer toi, allez, hop hop hop souyiiii, D’je p’aime »

D’un coup, je me suis senti toute chose, j’ai même écrit un texto au Chef pour lui raconter tellement j’étais sur le cul étonnée.

Voici ledit texto :

Pardonnez moi pour les fautes de frappe. L’essentiel étant ailleurs merci 😀

Oui, il l’a vu que j’étais mal, les enfants voient et sentent tout…

Suite à cet épisode, la journée suivait son cours, mais elle pris une autre tournure . Le Chef est rentré du travail pour manger avec nous, on a donc déjeuné vite fait . Après ça, on a mis les deux garçons sur notre lit  et on les a observé tous les deux, on a immortalisé l’instant par des clichés à la qualité pourrie mais qu’on adorerait regarder car il témoigne de la richesse de notre famille, qu’importe le flou.

Laisse moi kiffer la vibe avec mon frère

Alors que le Chef capturait les roulades et les câlins des frangins, je les regardais et je me disais: « Ils existent« .

C’est un peu terre à terre comme pensée mais voilà, ils existent, ils sont eux, qu’est ce que je suis fière d’être leur maman .

On a pris une bonne dizaine de photos. Je me suis régalée en les regardant, ça me faisait un  bien fou de les voir si liés, si dépendants l’un de l’autre, de voir que oui, parfois c’est difficile d’être une mère  mais que pour ce tableau là, je signe deux fois .

Le Chef a également pris une photo de moi, pas maquillée, les yeux bouffis par la fatigue.

Cette photo, au départ je l’ai détesté, puis, je ne me suis plus lassée de la regarder . J’y contemple le regard que j’ai pour eux, mes blondinets en bas à gauche .

 

Je ne vois plus mes cernes et ma sale gueule tête fatiguée,  je ne vois qu’un regard qui dit: « Ils existent » . Je me vois belle même sans artifice . Je me vois leur mère tout simplement .
Je ne peux que t’ encourager à immortaliser ces instants volés qui témoignent de la complète admiration que tes enfants suscitent dans tes yeux.

Merci le Chef .

Publicités

6 réflexions sur “Ils existent

  1. Bravo ! bravo pour ce témoignage, cette dure réalité de maman et ses paradoxes.
    on peut être epuisée, au bout du rouleau, mais EUX, ils restent tout ce qu’on a de plus beau au monde !

  2. coucou ma belle ! je ne me lasse pas de te lire, parce que des fois, j’ai l’impression de m’y voir, et tu fais des trucs que j’aurais voulu faire !
    ton mari est top sur ce coup-là ! et même sans doute tout le temps, mais là c’est un article bien clair, si doux en fait ! tes hommes sont heureux ! tu es heureuse !
    bravo pour ton article, et à ton grand !
    merci pour ce partage…

    n’hésites pas à passé sur mon blog aussi si tu veux, tu me trouveras sur HC !
    bisous, belle dame sur la photo ! tu es belle ! crois moi 🙂

  3. J’avoue, je ne suis pas du genre à avoir des discours très optimistes sur les enfants rapprochés. Désolée si parfois j’ai pu t’écrire des commentaires pas ou peu encourageants. Je crois que je n’ai pas super bien vécu la petite enfance de mes aînés. D’ailleurs quand je vois les problèmes que posent Chichi à 19 mois en ce moment pour dormir, je n’imagine vraiment pas avoir à nouveau un nourrisson à m’occuper en plus :-/
    Bref, du blabla inutile pour dire que ce que Gaby t’a dit, c’est vraiment tout doux et a le pouvoir de rebooster une maman au bord du burn out, ça c’est clair!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s