Lettre à mon Mini # 3 : Le Bilan de notre aventure .


Mon Mini, il ne nous reste que très peu de temps à cohabiter dans ce même corps, parfois la nostalgie me gagne déjà . Mais ce sentiment est fugace, je n’ai qu’une envie c’est que l’on te pose enfin sur ma poitrine,  te voir dans les bras du Chef et te présenter à ton frère.

Ces instants, je me les imagine chaque nuit, j’en rêve, je me projette, je les idéalise .

Il est temps pour moi de faire un bilan de cette aventure avec toi.

Avant toute chose, sache que, bein, c’est pas vrai ce que l’on dit, tu sais on dit souvent qu’une seconde grossesse, c’est la routine. Pour moi, ça n’a pas du tout été le cas.

Le fait que mes deux grossesses soient rapprochées a suscité notamment  la grande question : « C’était voulu ? » . J’ai un peu eu envie d’ étriper les gens, puis, j’étais triste aussi . Tu étais mon bébé, pas un second qui passe après un autre, pas une suite d’un autre bébé. J’en parle ici d’ailleurs.

Ensuite, il y eu cette écho ou nous avons appris que tu serais un petit garçon, mais surtout celle qui nous a annoncé une anomalie à ton rein gauche .

On ne savait pas trop nous expliquer au départ, cela a été une épreuve pour Papa et moi. On a eu peur de te perdre, peur qu’une fois né tu souffres…

A ce moment, j’étais dans un gouffre, j’ai eu le sentiment terrible que personne ne me comprenait, à part Papa, puis, à part Marion .

Les mois ont passés et tu as été suivi de près, avec des échographies chaque mois, cette anomalie grossissait mais toi aussi pour le coup, ce qui était une bonne chose, enfin du rassurant .

Voilà un mois et demi que nous avons rencontré le spécialiste qui te suivra à la naissance, j’ai confiance en lui. Il a su trouver les mots pour me redonner le sourire . L’idée que l’on puisse t’arracher à nous dès la naissance pour une opération m’était parfaitement insupportable . J’avais tellement envie depuis des semaines déjà de te toucher, de te prendre dans mes bras pour te montrer à quel point je t’aime et à quel point toute souffrance possible te concernant m’était intolérable …

Aujourd’hui, on sait que cela ne sera pas le cas dans tes premières semaines de vie. On sait aussi, que l’opération reste quasiment inévitable, mais nous avons le temps d’y penser . Avant ça, notre rencontre à tous les quatre, l’amour qui te revient à te donner . Tu vas voir, tu seras bien  dans ta famille une fois dehors, on sera toujours là, tout près et même si tu dois subir cette opération, on sera là, à chaque seconde pour apaiser ta douleur, tes peurs du mieux que l’on peut.

Cette fin de grossesse est difficile pour moi, cela résulte de beaucoup de sentiments mêlés .

La peur : Oui, je dirai qu’il est temps que cette grossesse se termine, j’ai eu tellement peur pendant des semaines, des mois, que l’on m’annonce autre chose . Il me reste une écho à faire, tu sais quoi, j’ai encore peur . Je me sens impuissante face à cette peur incontrôlable . J’ai peur aussi de l’accouchement, alors que pour ton frère, je n’avais pas du tout ressenti cela . J’ai peur que tu souffres, peur d’un déclenchement violent pour toi. J’veux pas qu’on t’abîme, j’veux pouvoir doser cette péri raisonnablement pour te sentir venir à nous, j’veux pas de forceps qui défigure, j’veux t’attraper et te poser sur mon ventre . Je te veux .

l’angoisse :  J’angoisse pour ton frère, lui qui est encore un bébé, j’ai peur de le laisser, peur qu’il m’en veuille. J’veux pas le réveiller en pleine nuit pour l’amener à la mat’ en attendant que quelqu’un vienne le chercher, j’voudrai qu’il ne subisse pas la panique à bord . Parfois, je me dis que le déclenchement serait bien pour lui, imagine …

L’hystérie : Oui, tu le sens que je n’arrête pas une seconde toi, là dedans. Je prépare mon nid pour ton arrivée, toutes les pièces y passent, je suis surexcitée. J’ai le sentiment que tant que je bouge, je m’occupe l’esprit et je ne pense pas à ce qui me fait peur .

L’émotion :  Hier, j’ai préparé ton berceau, une fois chose faite, je l’ai contemplé, j’ai tourné la clef du mobile et j’ai pleuré. Cette aventure est passée si vite, elle a été si intense et le GRAND nouveau départ est là, juste devant nous, je réalise chaque jour un peu plus et je suis transportée de bonheur. Pour ton frère, je ne savais pas ce qui m’attendais, là, je sais, cela rendrait presque cette attente encore plus insoutenable que la première fois.

La fierté :  Avec toi dans mon ventre, j’ai travaillé presque jusqu’au congé maternité, même si cela n’était pas facile tous les jours . Pour moi, cela est un détail, ce qui comptait le plus pour moi, c’était de pouvoir m’occuper de ton frère jusqu’au bout, chahuter, lui donner son bain, le porter comme il en a besoin, le coucher dans son lit même s’il est très bas .  Il nous reste un mois et j’y suis parvenu pour l’instant, je suis heureuse, j’ai été sa maman comme avant, mais en mieux, car mon gros ventre est très apprécié :).

Voilà, notre aventure à deux dans un même corps prendra fin, je l’espère de tout cœur quand TU l’auras décidé. Je te promets d’être maître de la situation tant que je le peux, je ne perdrai pas de vue mon objectif.

J’ai aimé te porter, j’aime encore, je profite de chaque instant en usant les miroirs, en te chatouillant, en me faisant câliner par ton frère, ton  Papa.

J’ai plus qu’une chose à dire, on t’attend.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

15 réflexions sur “Lettre à mon Mini # 3 : Le Bilan de notre aventure .

  1. Tu m’a mis la larme a l’oeil. Je partage beaucoup de tes sentiments, de tes peurs, de tes craintes vis a vis de ma princesse par rapport a mon petit deuz’, et aussi par rapport a la douleurs que pourrait subir mon tout petit a son arrivé, comme pour sa soeur…

    Je te souhaite plein de courage, de bonheur, de bonnes choses… ❤

  2. Joli vraiment puis on se reconnait toutes je pense dans certains passages! Petit pois n°2 sera certainement content de lire ça un de ces 4!!!!! 😉

  3. Très joli ! L’idée d’un deuxième commence à me chatouiller mais comme tu le dis si bien, je ne veux pas d’un deuxième qui passerait après le premier ! Mais d’une nouvelle grossesse et de nouvelles émotions ! J’ai un peu du mal à imaginer comment gérer une grossesse et la fatigue avec un petit bout de 2 ans qui demande beaucoup d’attention, mais tu as l’air de t’en sortir malgré les aventures, cela me rassure !
    Belle arrivée à ton petit bout, bonheur et courage !

    • Merci de ton commentaire .
      En fait, je pense que j’ai tellement stressé pour ça, c’était tellement mon but de réussir à rester une maman comme avant pour mon bébé que j’y suis arrivé :).
      Il faut se faire confiance, chaque nouvelle étape dans la construction d’une famille nécessite un petit temps de réglage, mais ensuite c’est que du bonheur !

  4. Aie confiance en toi, ton compagnon, ton enfant et ton bébé à naître.
    Chacun d’entre vous trouvera sa place dans votre famille, son rôle, ses forces pour combattre cette opération à venir.
    L’attente est terrible à vivre, mais une fois que ce bébé sera là, tout ira bien … tout ira de soi, naturellement 🙂

  5. Je te souhaite le plus bel accouchement qui soit. Et plein de bonheur par la suite… Deux bébés ce n’est pas de tout repos! Mais qu’on les aime!

  6. ohh quel joli commentaire! je m’y retrouve aussi pour mon numéro 3 ! (ma 2nde grossesse s’étant très mal passée puisque j’ai perdu ma fille) du coup, le moindre soucis, le moindre tracas fait l’effet d’une bombe…
    j’ai vu que tu as eu des commentaires désobligeants sur facebook, je ne sais pas de quoi il retourne réellement, mais je n’ai qu’une chose à dire : merde à ces cons là !
    je te souhaite que ta fin de grossesse soit plus sereine, et que ton Mini aille bien, et que M. le mari de La Maman du Petit Pois te soutienne encore plus,e que le PtitPois soit le meilleur des frères.. et je n’en doute pas une seconde !
    bises
    ankh

  7. Je suis très en retard mais bon….
    Ben c fait… On ne se connait pas mais tu m as fait pleurer….
    J adore l idée d écrire ce que je fais aussi mais ce que tu as écrit là! Tu t es totalement mise à nu et merci de l avoir partagé.
    Ton petit bout pourra le relire quand il sera loin de toi (dans 40 ans lol) et ça lui permettra de se souvenir que l amour d une mère et surtout de SA mère il n y a rien de plus fort 😉

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s