Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’autorité.


J’ai décidé de vous faire part de mes remarques car,  comme vous m’aidez beaucoup, je comprends à quel point parfois, il suffit d’un rien pour aider les mamans, les papas, leur rendre leur sourire . J’ai donc crée une nouvelle catégorie dans mon blog : « Questions d’éducation », elle me permettra d’exprimer en quoi ces livres m’aident profondément et j’essayerai autant que possible de témoigner de ma propre expérience de maman qui s’interroge . Ne voyez pas dans mes lignes des solutions, les livres n’en fournissent pas ,  donc, c’est certain, je n’ai pas  cette prétention. Je vous donne ces petits bouts de vie, ces petits rien qui font qu’elle m’est plus simple .  L’éducation ne sera jamais un pack clés en main, elle dépend de chaque parent mais surtout de chaque enfant, du contexte familial, la liste est non exhaustive.

Hier, tu le sais peut-être,  sur les conseils de mes likeuses, j’ai été dans une librairie me procurer deux livres :

J’ai tout essayé  et Au coeur des émotions de l’enfant . Les deux oeuvres étant d’Isabelle Filliozat .

Hier soir, je me suis donc lancée dans cette lecture afin d’essayer de mieux comprendre . Car oui, les mères, les pères, veulent comprendre. A la minute ou les couples apprennent qu’ils vont devenir parents, il souhaitent tout savoir et surtout comprendre  le développement de leur embryon, foetus, bébé.

Un jour l’enfant naît et pour ma part je dirai que l’océan de questions dans lequel nous nous sommes retrouvés, nous, jeunes parents est assez incroyable. Cela a un côté flippant puis paradoxalement pour ma part fascinant .

Je me pose des questions depuis la naissance de mon fils, je m’interroge sur ma volonté de vouloir lui offrir le meilleur . Car, nous le voulons toutes et tous pour nos enfants.

Aujourd’hui mon tout petit a 14 mois, il est dans une phase d’exploration la plus totale et complète, il est friand de manipuler tout nouvel objet à sa portée,  il est tenté de grignoter bien des choses étranges . Ainsi, nous pourrions passer tout simplement notre journée à dire « Non ».

Un « NON » car c’est dangereux, un « NON » car ça n’est tout simplement pas permis. C’est donc pour l’enfant un mot qui entraîne la frustration, cela est inéluctable, cela le bloque dans cette exploration fascinante qu’il fait de sa vie de petit homme.

Oui, mais voilà, on ne peut pas tout faire, les jeunes enfants doivent l’apprendre petit à petit, à leur mesure . Lorsque les enfants s’opposent on y voit souvent de la provocation, sachez qu’avant trois ans, il n’est est rien .

Tout cela pour dire que je me demandais le plus simplement du monde pourquoi le P’tit Pois continuait de faire la chose interdite alors que j’employais le fameux NON, et qu’il me regardait en s’exécutant . Cela était assez déroutant, j’aurai bien voulu un décodeur à P’tit Pois. Il pleurait donc énormément car il était très frustré, et donc faisait beaucoup de crises .

Je dois l’avouer, je le vivais mal, c’est un peu comme une mutation d’un coup, mon bébé a appris à marcher et hop l’univers s’offrait à lui et avec cette étape arrivait pour lui réellement pour la première fois les interdits . Personne n’aime dire NON toute la journée, mais doit-on enfermer nos bébés dans des parcs pour pouvoir vivre ?

NON, on ne doit pas .

J’avoue, j’ai un parc, mon fils y va parfois, car il m’arrive de ne pas avoir le choix, par exemple lorsque mon chien se bagarre avec le chien du voisin et que je dois sortir vite fait pour les séparer et rentrer ce cabot idiot. C’est un autre sujet le cabot idiot ..

Oui, cela fait bientôt une semaine que mon fils n’a pas mis les pieds dans son parc hors situation urgente . Une semaine plus tôt cela me paraissait impossible . Je me demandais comment faire le ménage, comment plier mon linge, comment cuisiner, comment m’habiller, comment aller aux toilettes aussi :).

Et bien mon bébé me suis partout . Il m’aide, enfin non, il croit qu’il m’aide, il fout un sacré bordel plutôt, mais il exprime son besoin d’exploration permanent. Son parc, il le connait par cœur, avouez, que c’est un peu triste. Alors, voilà comment le temps de la sieste est devenu un régal, mon bébé se couche sans une larme, bon sang mais vous savez à quel point c’est bon. Une fois qu’il est couché, je suis déjà prête, habillée, soignée, maquillée, mon linge et plié, et il ne me reste plus qu’à tout ranger le petit bordel et à me faire un café.

Quel changement ! Avant, je faisais tout ça une fois qu’il dormait et j’avais le sentiment de n’avoir jamais de temps rien qu’à moi.

Jusque là, tu te dis : « Ouais, elle invite rien ». Je te réponds : « Certes, mais je n’ai pas la science infuse en matière d’éducation et chaque étape qui me permet de mieux comprendre mon fils est une bénédiction ».

En fait, dans le livre j’ai tout essayé, Isabelle Filliozat nous expose pourquoi le NON n’est pas du tout adapté . Non mais à la lecture de cette phrase j’étais assez interloquée je dois dire . Mais elle l’explique très simplement  qu’un STOP est nettement plus adéquat :

« Préférez dire STOP, un mot bien plus efficace et moins ambigu. Quand vous dites NON, c’est souvent sur un ton de reproche, en fronçant les sourcils, tandis qu’en disant STOP,  vous ouvrez les yeux et votre ton est impératif sans être blâmant, vous interrompez un mouvement .

Le plus souvent, les enfants de cet âge cherchent le regard, l’autorisation du parent, avant de toucher un nouvel objet. C’est le moment de dire STOP, puis d’expliquer en mettant des mots simples sur l’interdit, sans vous attendre pour autant à ce qu’il  mémorise tout!. »

Alors oui, parfois le P’tit Pois ne me regarde pas avant de saisir un objet  nouveau ou interdit, mais j’emploie désormais STOP en accompagnant mon interdiction d’un geste doux,  car « guider ses gestes, inscrire ainsi la consigne dans son corps sera plus efficace qu’une commande verbale « .

Cela est une transformation réelle.  Ce matin, je l’ai empêcher de faire beaucoup de choses, il n’a JAMAIS pleuré. Il avait, bien sûr le droit de manipuler beaucoup de choses également, il faut rester raisonnable, nos enfants se sont pas des statuts,, n’attendons pas d’eux l’impossible physiologiquement parlant .

Oui, car ces histoires de « Roh, mais il est pénible, il touche à tout », c’est physiologique, c’est normal, votre bébé est normal, c’est pas génial ça ?

Allez, là se joue devant vous une scène importante dans le film de la construction de votre autorité . Mais avant tout, on le construit lui, ce petit être  à qui l’on souhaite le meilleur, souvenez vous .

Alors, on se dit que le bordel parfois au delà même d’être pas grave, c’est bien, que réellement les cris ne servent à rien du tout, la patience, la compréhension, la volonté de comprendre sont mes maître-mots.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

10 réflexions sur “Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’autorité.

  1. Merciiiii ! Mon petit Lou est en plein phase d’opposition et ton billet m’ouvre les yeux !
    Je viens de dire Stop 🙂 et ça a marché !!! enfin on va continué et je pense acheté les livres dont tu parles .
    Merci a la maman du p’tit pois

  2. Ohh mais ça ferait une très jolie participation aux vendredis Intellos 😉
    ces livres sont mes livres de chevets ^_^ Belle remise en question 😉 Si ce n’est pas là le signe de l’amour d’une mère à son fils, je sais pas ce que c’est.

  3. Je vais acheter ces bouquins.
    Les 2 que tu évoques ainsi que « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » de Faber et Mazlish dont on ne m’a dit que du bien et qui est Bible d’une amie que je considère comme LE modèle en matière de communication et d’éducation non violentes.
    Et sinon très bon post et félicitations! Une maman qui se remet en question, qui cherche à utiliser les outils les plus adéquats pour essayer d’apporter le meilleur à son enfant ne peut être que la meilleure des mamans!

  4. Nous avions vu cette méthode de contourner le non quand j’étais en formation d’intervenante musique et qu’on s’interrogeait sur la manière de poser les consignes et les cadres tout en maintenant un large espace de libertés en leur sein. C’est très intéressant effectivement de constater l’effet d’un simple mot par rapport à un autre sur le comportement.

    Et sinon, juste un truc qui me vient, en rapport avec le touche à tout: même nous, à nos âges adultes, on touche à tout. On se retient en arrivant chez les gens parce qu’on a appris qu’on ne touche pas les choses des autres sans autorisation et on sait contrôler l’intensité de nos mouvements pour ne pas tout casser ou se ruer pour toucher un truc qui nous plaît, mais dans la vie quotidienne, toute chose rencontrée et non habituelle dans notre quotidien est touchée pour être appréhendée. Exemple: va au Printemps acheter de la vaisselle: tu toucheras toutes les assiettes avant de choisir. Regarder ne suffira pas. Tu pourras aussi éventuellement soupeser, sentir l’odeur de l’objet ( de la même manière que l’enfant le met dans sa bouche.) Et cela, beaucoup trop d’adultes l’oublient! Ce comportement peut être canalisé chez l’enfant, accompagné et conditionné pour ne pas être intrusif vis à vis des autres, mais il est inhérent au fait même d’avoir des sens et donc « obligatoire ».

    Bizoos!

  5. j’ai prêté mon « j’ai tout essayé », c bien ds ce livre qu’il est dit qu’un enfant ne peut provoquer ses parents avant 3 ans?
    j’ai l’impression que mon ainé (3 ans 1/2) ne fait que ça!! mais c peut etre pas une impression alors! ah faut que je le relise!

    Tu as déjà lu les 2 livres?

  6. Je me tate depuis un moment à les acheter , j’ai dèjà « il n’y a pas de parent parfais » du même auteur ! Mais tu m’as décidé , j’ai 3 enfants (4 ans , 22 mois et 3 mois) mon petit mec de 22 mois est en plein dedans , j’irai donc acheter ces livres , qui me seront bien utile je pense ! merci pour ce bel article !

  7. Merciiii je suis en plein questionnement, j’arrête pas de me demander comment être une bonne mère et ne pas me prendre la honte devant les autres parce que soit je le laisse se rouler par terre, soit je le laisse faire des bêtises, soit je lui colle une fessée (sur sa couche, il sent rien, mais il pleure beaucoup… C’est une fessée psychologique, c’est pire ?)

    Bref, je suis passée par hasard, ça faisait longtemps que j’étais pas venue, et pouf ! cet article qui me parle vraiment, pile au bon moment. Thanks, je vais essayer tout de suite !

  8. Je valide! ces bouquins sont super! je n’adhère pas à tout mais dans l’ensemble de bons conseils et de l’aide pour comprendre ces petites bêtes!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s