Quand tout change 


wp-image-1450804623jpg.jpeg

Quand tout change, que tout bouge, que le rythme s’accélère.

Quand on se rend compte que l’on peut vivre heureux  même avec autant d’affaires emballés dans des cartons .

Quand ça résonne dans notre maison qui se vide .

Quand on contemple les trais tracés au mur pour monter comme les enfants ont grandi et qu’on les efface en souriant, finalement, en se disant que l’on poursuivre ça chez, dans le « chez nous » d’ailleurs.

Quand on se cogne dans tous ces cartons entassés de manière farfelue .

Quand on pense à trop de choses.

Quand les projets fleurissent dans nos têtes comme la menthe par temps de pluie.

Quand les enfants posent des questions auxquelles on a pas toujours de réponse.

Quand ils demandent tout ce qu’on emporte, tout ce qu’on laisse.

Quand ils craignent que l’on laisse derrière nous un petit morceau de notre vie.

Quand c’est un nouveau départ enthousiasmant et grisant .

Quand c’est excitant et épuisant à la fois .

Quand on sait que ça ne va pas être tout facile mais qu’on sait que ça vaut la peine.

Quand on ressent un truc magique dans une maison remplie de sa vie d’avant , de son odeur  de bonheur passé, des traces de meubles  qu’on va s’efforcé de cacher .

Quand on fait ses cartons sans vraiment savoir quand on va les défaire pour de bon .

Quand on se dit pour la première fois que c’est la bonne, la maison d’une vie.

La maison de notre vie.

Ma petite contribution pour changer le monde


image

 

On a coutume de dire / penser que ça n’est pas les petits actes d’individus isolés qui peuvent changer quoique ce soit de grand dans le monde . On entend cette récurrente phrase : « De toute façon, personne ne le fait, ça ne sert à rien que je m’embête à le faire tout seul dans mon coin, ça ne servira à rien ».

Or, plus le temps passe et plus je réfute cette idée pour de nombreuses raisons . Je ne vais pas ici les développer toutes mais je te propose juste d’analyser celle-ci.

Si on considère que les petits gestes même isolés que l’on fait au quotidien ont une importance, font du bien, même nous font du bien à nous-même, nous avons l’envie d’en parler, de nous exprimer, de partager, d’expliquer le pourquoi . Cela a de grandes chances de provoquer une adhésion à ces petites habitudes, une envie de croire que non, même si les gestes et les efforts peuvent paraître insignifiants, en réalité, il n’en est rien .

C’est la raison pour laquelle j’avais envie de t’écrire ce billet d’humeur aujourd’hui. Je fais des petits gestes moi aussi, je change mes habitudes petit à petit, je ne change pas le Monde à moi seule mais pour moi, c’est une révolution, ce sont de grands changements qui deviennent des principes et des convictions de vie . Ces idées je les transmets à mes enfants et donc, rien qu’en partant de cet argument j’ai déjà le sentiment de faire beaucoup et de rendre le société de demain meilleure . Rien que ça;).

Par où commencer ?

Je trie mes déchets, je sais, ça n’est pas grand chose vu comme ça mais c’est essentiel et le tri n’est pas encore pratiqué partout malheureusement .

J ‘ai également considérablement réduit mes déchets, je privilégie les lingettes microfibres lavables pour nettoyer ma maison plutôt que les éponges ou l’essuie-tout . (J’en achète toujours car je n’ai pas encore assez de lingettes pour m’en passer mais notre consommation a réduit de moitié).

Dans la salle de bain, je n’utilise plus de coton, plus de coton-tige (j’utilise un auriculum à la place pas de panique ), j’achète davantage le gel douche en grand volume et je privilégie les produits qui permettent plusieurs usages en même temps, par exemple j’achète un gel douche qui sert aussi de shampoing et de nettoyant visage pour tous .

Fini la salle de bain remplie de flacons ! Je limite les produits cosmétiques et ils sont tous ou presque 100 % naturels .

J’avoue que ça n’est pas le cas pour le maquillage qui reste un immense plaisir pour moi, je n’achète plus de marques qui testent sur les animaux mais je suis vraiment moins regardante au niveau des compositions, je recherche l’efficacité et mon bonheur avant tout . On a tous des plaisirs coupables, je l’accepte pleinement .

Pour le nettoyage de ma maison, je n’utilise que du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude, je fabrique mon spray universel moi-même et j’en ai une telle consommation par semaine que j’achète un litre de vinaigre blanc tous les samedis mais vu le prix ridicule, l’efficacité et mon sentiment agréable de pas polluer la planète juste pour nettoyer ma maison font que je ne pourrais pas revenir en arrière !

Niveau alimentation, j’ai banni l’huile de palme, et sérieusement, il y en a dans tout donc c’est compliqué . Je lis les étiquettes et on tient bon  :). J’essaye globalement de  manger mieux, du Bio mais pas toujours, du local surtout, ça c’est vraiment important pour nous alors quand on peut le faire, on hésite jamais !

Je donne beaucoup de choses, à Emmaüs surtout, tout ce qui est jouets des enfants, vêtements, anciennes lunettes de vue, bijoux fantaisies … Bref tout ce que je juge qui pourrait être utile  à quelqu’un en quoique ce soit .

Pour m’habiller j’ai il y a peu pris une grande décision : Essayer un maximum de ne plus acheter de vêtements dans la grande distribution . J’ai en effet visionné le documentaire  The True Cost qui a été pour moi un électrochoc, il faut dire que déjà avant de le voir je culpabilisais déjà un peu de me vêtir chez H et M ou Primark .

Je ne peux que t’encourager à le regarder, il est dur mais nécessaire à voir je dirais…. Il est disponible en ce moment sur Netflix . Voici la bande annonce ci-dessous.

 

Je disais quoi ?

Ah oui, j’ai changer ma façon de voir les choses en ce qui concerne les vêtements. J’achète d’occasion, sur les brocantes ou sur le Bon Coin la plupart du temps car les friperies manquent cruellement par chez moi . J’aime l’idée de m’habiller sans créer un impact supplémentaire et de donner une seconde vie à des vêtements . Pour les chaussures, j’essaye d’acheter du durable car je ne me sens pas encore d’acheter des chaussures d’occasion .

Pour mes enfants, c’est beaucoup plus compliqué, il vivent intensément, usent ainsi beaucoup leurs vêtements et pour ne pas me ruiner en achetant français, oui, je passe par la case H et M et Orchestra voire Kiabi . Et toi, qui te pose ce même genre de questions,  où vas-tu pour habiller tes enfants sans culpabiliser ? N’hésites pas à m’en parler en commentaire !

Voilà, tu as vu ? Cela n’est presque rien mais j’ai quand même l’impression que ça compte et que donc c’est important .

N’hésite pas maintenant à partager en commentaire tes petites mais grandes actions à toi pour changer le Monde, qui sait ensemble on provoquera peut-être une effusion de gestes qui comptent !

Par dessus tout, il faut vivre .


image

Je veux retenir les petits sandwichs préparés avec amour pour les sorties scolaires et les grands sourires de bonheur à la découverte du contenu du sac de picnic .

La pagaille dans le salon et nous quatre sur le canapé le dimanche devant un bon dessin animé, avec le chien, les chats en prime.

Les séances de guilli-guilis alors qu’il est déjà tard et qu’ils ne sont même pas encore douchés.

Les réveils trop matinaux à comater à les écouter se raconter des histoires avant que ça ne dégénère en bagarre générale .

Les premières fois, la première dent, la première fois sans les roulettes, les premiers pas, le premier jour d’école, le premier tout petit rien, le premier, ça compte .

Les câlins contre mon cœur, la tendresse dans mes bras, mon constat du fait qu’ils deviennent de plus en plus lourds, de plus en plus grands, ce sentiment désagréable et doux à la fois. Sentir le temps qui passe, qui les fait grandir, qui me fait vieillir .

Les discussion sur la vie, les fois où on refait le monde. Les vérités qui vont trop loin, qui font trop mal à entendre dans la bouche d’un si petit garçon. Leur description du monde, cette réalité, leur logique implacable, tout ce que l’on apprend à travers leur compréhension du monde .

Les fois où ils s’inventent une vie dans les histoires et où j’embarque volontiers avec eux.

Les fois où ils dessinent, créent, inventent, imaginent un monde à eux, un monde  mieux.

Leur corps chaud le matin quand je les tire du lit pour aller à l’école, le biberon tiède au chocolat pour l’un et le bol de céréales et jus d’orange pour l’autre .

Les folies de Papa, les barbecues imparfaits improvisés à la dernière minute.

Les trouvailles de brocante à trois-francs-six-sous qui les ont rendu heureux .

Raphael et son récit de la première fois où il a donné le biberon à un petit agneau .

Gabriel et ses propos sur la vie en général, la simplicité avec laquelle il me les livre et la claque que cela me met à chaque fois .

Quand ils nous ont demandé comment et pourquoi on avait eu l’idée de les fabriquer .

Les journées ensoleillées et les sourires semblables à des fruits trop mûrs.

Je veux retenir l’amour, parce que l’amour, voyez-vous, a toujours raison .

Je ne veux retenir que lui, face à tout ce qui se passe dans le monde aujourd’hui. Quoi qu’on en dise, même si cela peut paraître puéril et naïf, l’amour est la meilleure réponse .

Je les aime chaque jour autant que je peux, ça n’empêche pas les atrocités qui se produisent dans le monde mais ça contribue à le rendre un peu plus joli .

Je ne vais pas me mettre à haïr moi aussi, alors que ce sentiment me dégoûte et m’affole .

Je vais cacher ma peur, je vais l’enrober de fierté, je vais la ridiculiser, ça sera juste une toute petite prudence quand je serai parvenu à la dompter .

Je vais vivre, transmettre et propager l’amour .

On va les protéger de la face cachée de la race humaine, tant qu’on peut, on trouvera les mots pour les rassurer le jour où on aura plus d’autre choix que de faire face et d’en parler .

Je veux retenir toute les petites choses merveilleuses qui sont dans notre vie . Cela ne veux pas dire que je suis insensible à l’actualité atroce du moment, c’est juste que je ne veux pas sombrer.

Sombrer dans la paranoïa, la tristesse et la déprime . C’est ridicule de le dire mais c’est incroyable comme c’est perturbant d’entendre chaque jour toutes ces choses horribles en sachant que l’on ne peut rien y changer . Il ne s’agit pas de la même problématique qu’avec l’écologie, si on se met tous à faire un petit geste, on sait que l’on peut faire bouger beaucoup de choses mais là ?

Comment on change le Monde quand il en est là ?

On a intérêt à garder en tête notre principal objectif lors de notre passage sur Terre : Vivre et prendre le plus de bonheur possible, aimer le plus possible, encore plus plus fort si c’est possible, faire le bien autour de soi, être des belles personnes à l’intérieur qui donneront à d’autres l’élan d’en faire autant .

Je ne sais pas si demain, en quittant l’école, j’écouterai encore France Info pendant tout le trajet en me rongeant les ongles et les peaux de mes doigts abîmés par le stress et l’incertitude . Je ne suis plus persuadée que cela fait de moi une mauvaise personne de ne pas m’affliger ça quotidiennement . Au lieu de ça, j’écouterai mon vieux CD de She and Him et je chanterai à tue-tête pour appeler la pluie, ouvrant mon cœur pour aller récupérer mes enfants avec le sourire, au lieu de les serrer très fort dans mes bras en ayant ce sentiment hautement déstabilisant d’avoir été folle de les faire naître dans ce monde .

Angoissée, stressée, puis-je changer ?


chien qui médite

Depuis toujours je me demande si, au fond, les gens peuvent changer . Plus précisément, je me demande si je peux changer .

Si je peux échanger mes angoisses contre une petite dose de confiance en moi.

Si je peux échanger mon stress contre un peu de plénitude .

Si je peux inverser la tendance générale, si je peux reprendre le contrôle ou le prendre car je ne sais pas vraiment si je l’ai eu un jour .

J’ai en permanence ce flots de pensées qui m’oppressent, qui me remplissent l’esprit, qui me saturent la tête, qui m’ handicapent, qui perturbent ma concentration, qui me plonge dans une émotion négative désagréable, comme si je me noyais dans un verre d’eau .

Je n’ai pas de recul, les idées arrivent et s’imbriquent les unes aux autres et forment un énorme bloc qui fait barrage à ma réflexion .

Je me sens vite submergée, j’angoisse, j’ai du mal à rationaliser les tâches qui m’arrivent, alors qu’elles sont simples parfois .

Je pense le matin à tout ce que je dois faire, à comment je vais le faire et à quel point je vais mal m’y prendre pour le faire, certainement . La journée, j’accumule les pensées, je les stocke, je tente vainement de les organiser mais alors que, rien de grave ne se joue dans cette journée, je me sens parfois quand même dépassée .

Je ne suis pas souvent gentille envers moi-même, avant de faire les choses, j’ai déjà le sentiment que je vais avoir des difficultés à les faire, quand je les fais, j’ai l’impression que le monde entier me regarde et se dit que je m’y prend comme un pied . Quand c’est achevé, je ne suis le plus souvent que reproches, culpabilité du pas-assez-ci pas-assez-ça.

Je ne ressens que rarement de la fierté envers moi-même, je me focalise sur mes erreurs et pas assez sur mes victoires, aveuglée par mon stress et mes angoisses.

J’ai souvent envie d’arrêter de penser, j’aimerais pouvoir me détacher de ces pensées qui me fustigent et m’emprisonnent, je voudrais les observer de loin, les décortiquer, les analyser à distance et me rendre compte, grâce à ce recul que je ne suis pas ces pensées-là, elles ne sont que des pensées négatives et moi, je ne le suis pas .

J’ai commencé la méditation pour ces raisons, pour essayer de trouver la paix intérieure, celle qu’on fait miroiter dans les livres sur le sujet .

Cela n’a pas été un chemin tranquille, j’ai pratiqué puis abandonné, enfin dernièrement j’ai repris progressivement …

Je suis à la recherche de réponses, d’outils, j’en ai assez de me dire que je passe à côté littéralement de jolies choses sans pouvoir les saisir pleinement, la pleine conscience est mon Graal .

Je n’ai plus envie de croire que le bonheur est un état que l’on attend et qui nous tombe dessus comme par enchantement . J’ai envie de croire car au fond de moi je le sais, que le bonheur est juste là, en moi et qu’il ne demande qu’à être libéré des entraves de mes pensées complexes et blessantes .

J’ai envie de croire que je peux changer, je sais que je le peux et y croire, c’est déjà une jolie impulsion .

C’est quand même dommage de réaliser que la personne qui nous complique le plus notre quête du bonheur se trouve être justement nous-même .

J’ai envie de passer au-dessus de toutes ces pensées, je n’ai pas envie de les chasser, j’ai juste envie de les démystifier et de parvenir à vivre avec, normalement . J’ai envie de lâcher prise, d’identifier ce qui me fais souffrir, d’accepter ce qui m’angoisse, de comprendre parfaitement ce qui m’oppresse.

Je voudrais pouvoir trouver les mots pour exprimer à ceux que j’aime ces angoisses, leurs mécanismes barbares et insaisissables, mais pour cela, il me manque le recul, ce que la méditation m’apporte d’une certaine manière .

Bref, j’ai repris la méditation, j’espère pour un certain temps, pour plus longtemps que la dernière fois. Je n’espère pas me perdre en chemin, j’espère que la méditation me démontrera qui je suis et me convaincra que je n’ai pas besoin de changer pour vivre en paix, que c’est simplement la gestion de mes pensées qui est à revoir ,

Comme toute performance visée, la méditation nécessite de beaucoup d’entraînement, je vous laisse donc pour me livrer à ma séance quotidienne .

Je reviendrais vous parler, je l’espère de l’évolution de ma pratique, de ses bienfaits et de mon changement .

Et vous, vous méditez ? Comment vous y prenez-vous ? Etes-vous angoissés ? Trouvez-vous en la méditation une aide précieuse ? N’hésitez pas à partager votre vécu en commentaire .

–>Je médite avec l’application Petit Bambou en ce moment, je conseille la lecture du livre de Matthieu Ricard : L’art de la méditation qui peut être un bon point de départ pour comprendre ce qu’est cette pratique, à quoi elle sert et comment la mener à bien .

Vous trouverez ICI un autre billet que j’avais écrit sur la méditation.

Prenez soin de vous !

« Je ne vais pas y arriver ».


image

Quand je me demande quelle est ma bataille dans la vie, je pense immédiatement aux « je ne vais pas y arriver« .

Cette phrase  qui arrive sans crier garde dans la plus tendre enfance, celle qui empêche de dormir mon fils, celle qui me hante encore parfois moi aussi .

Je me lève chaque matin en espérant que quelqu’un grâce à moi se couche le soir en pensant que finalement si, il y est arrivé.

Je n’ai que trop rarement les mots avec mon fils quand il est pris d’une crise de « je ne vais pas y arriver« . J’espère avoir des paroles qui éclairent et qui rassurent, qui font sens et qui motivent, je ne sais pas si j’y parviens à vrai dire .

Je finis toujours par entamer une petite danse ridicule ou par faire semblant de tomber ou encore à faire semblant de descendre un escalier pour le faire mourir de rire . Je crois que je ne sais tout simplement pas quoi lui dire en réalité .

En tant qu’adulte, je me rends compte petit à petit que la seule façon de se convaincre qu’on va finalement y arriver, c’est de le faire, de se projeter, de s’imaginer ayant déjà effectué la chose qui nous parait impossible, je ne peux pas expliquer ça a un enfant .

Cela me fait un peu mal, de devoir endormir mon fils dans mes bras tant il ne se rend pas compte que réussir la chose qu’il craint de ne pas parvenir à faire n’a pas de sens .

En fait si, ça a beaucoup de sens, ça pose le problème des barrières qu’ils se met lui même concernant les choses qu’ils pensent pouvoir entreprendre . Alors ça me fait un peu mal, même si je sais que les « je ne vais pas y arriver » font partie de la vie .

J’ai un peu le sentiment de m’endormir moi-même, celle qui doute toujours d’elle en moi, celle qui pense que tous les autres, par postulat de départ peuvent réussir et pas elle .

Je le sais moi qu’il va y arriver, je sais sa valeur, je sais qu’il est génial, d’ailleurs, je lui dis; souvent mais ça ne suffit pas .

Quelqu’un aurait la formule magique pour éradiquer les « je ne vais pas y arriver » ?

Parce qu’ils sont partout, dans ma vie et même dans ma classe aussi et je lutte contre eux, je les écrase, je les réduis, je les pulvérise, du moins j’essaye .

Je vous prie de me croire que lorsque les « je ne vais pas y arriver » s’en vont enfin, ils font du bruit, ils font bomber le torse, illumine les visages et parfois même ils mouillent les yeux .

J’aime être là quand ça arrive, j’aime les voir partir battus à plates coutures, j’aime la confiance en soi grandissante qui se lit sur les visages de ses anciennes victimes, j’aime me dire que j’ai un peu participé à ce combat .

En fait, j’aime les « je ne vais pas y arriver » quand ils finissent bien car les réussites sont encore plus grandes quand ils s’incrustent .

Avec le temps, j’apprends à ne plus les craindre vraiment, à les apprivoiser, à attendre le moment propice pour tenter une attaque . Je  parviens à les mettre de côté sans paniquer à l’idée que mon fils est comme moi, que lui aussi est un grand angoissé, et que je m’en veux de lui avoir transmis ça.

J’aime ce challenge, j’aime ce qu’il procure en moi,  je crois que c’est un peu pour ça aussi que j’ai choisi ce métier .

Quant à mon fils, je n’ai pas envie de parler de ses « je ne vais pas y arriver » à lui car cela lui appartient mais je peux dire qu’une fois de plus, on les a eu, ensemble !

J’ai réalisé mon rêve et je vous en parle ailleurs !


 

Cela fait un peu conte de fée mais oui, j’ai réalisé mon rêve, mon rêve de voir New-York, en vrai !

Depuis que j’ai cinq ans je n’ai qu’une seule envie de voyage récurrente, celle de voir les USA mais surtout New-York !

Nous sommes partis en famille une semaine dans cette ville et j’ai des tonnes de choses à vous raconter, j’ai envie de vous convaincre, comme j’aurais souhaité que l’on me le dise à moi-même qu’un voyage comme celui-là peut se faire en famille, même avec des enfants très jeunes , j’ai envie de vous dire à quel point c’est dingue et merveilleux et j’ai envie de donner tous mes trucs et astuces pour visiter New-York en famille !

C’est un grand évènement dans ma vie alors j’ai eu envie de lui consacrer un lieu particulier pour l’exprimer !

Vous trouverez en effet ICI sur mon autre blog voyage (lacosseanewyork.blogspot.fr) le récit de nos préparatifs et de nos aventures un peu folles en famille à New-York .

Je continuerai à écrire ici lorsque j’aurai terminé de partager tout ce que j’ai à écrire sur ce voyage magique qui a marqué nos vies !

 

Et vous ? Avez-vous déjà voyager à New-York et comment avez vous vécu ce voyage ?

 

Get Unready with me in winter ! [Routine du soir en hiver]


ffd16014-7195-4cbd-9222-8b43133974c5

Bonjour à toutes, je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour vous parler de ma routine du soir au naturel .

En effet, comme j’avais pu vous le montrer sur Facebook, j’ai fini de nombreux produits que je n’ai pas repris, j’ai jeté pas mal de produits qui étaient périmés.. J’ai un peu honte de tout ce que j’ai pu entasser en me disant « on ne sait jamais » et aussi de tous produits inutiles achetés pour de mauvaises raisons …

BREF, tout cela, c’était avant ! Revenons à nos moutons, voici ma routine du soir :

  1. Je retire mon maquillage des yeux et du visage avec mes mains enduites d’huile végétale . En ce moment, c’est de l’huile de noisette; achetée à Auchan au rayon alimentaire, mais cela pourrait être tout autre huile végétale de votre choix, choisie en fonction des caractéristiques de votre peau .
  2. Je ressemble ensuite à un panda, n’insistez pas, vous n’aurez pas de photo:). Je prends ensuite une lingette lavable (j’ai celles de la marque Les tendances d’Emma, cela pourrait être un gant de toilette aussi si vous préférez)  et je la passe sous l’eau chaude avant de l’appliquer sur mon visage pour retirer le maquillage qui s’est décroché intégralement grâce à l’huile végétale . Je répète cette opération jusqu’à ce que mon visage soit d’apparence propre.
  3. Je me lave ensuite le visage avec un gel shampoing-douche de la marque Helvetia Natura. Comment vous dire ? Je ne vois plus que par ce gel douche depuis bientôt un an, je me lave le corps, le visage et parfois les cheveux avec et il fait son job pour tout ! Je disais donc,  je me lave le visage avec mes mains toujours et je finis par rincer à l’eau tiède .
  4. UNE SEULE FOIS PAR SEMAINE : Le vendredi soir en général, je fais un gommage visage avec du bicarbonate de soude, je le rince très rapidement car certes, cela est très efficace sur les imperfections mais il ne faudrait tout de même pas abuser et s’attraper des rougeurs.
  5. J’applique ensuite une fine couche de gel d’Aloe Véra, le meilleur que j’ai testé est celui que je vous présente sur la photo et j’ai ai testé pas mal . Je réalise des petits messages circulaires, je le laisse ensuite sécher avant l’étape suivante.
  6. Comme il fait plutôt froid en ce moment, ma peau est pas mal déshydratée, elle a besoin d’une hydratation profonde, surtout le soir . C’est donc pour cela que j’applique cette oh-combien-merveilleuse crème du DM, le lien est en allemand, j’en suis désolée mais de 1) ça me permet de crâner un peu car habiter près de la frontière allemande ça a du bon 2) cela vous permettra de trouver la même crème sans difficulté si vous vous rendez en magasin:).  Vous la trouverez aussi sur Amazon, mais même si l’emballage a changé de couleur, ne vous inquiétez pas, c’est bien la même, Alverde fait souvent ce genre de changement de visuel .
  7. J’applique soit une crème contour des yeux de la marque Alverde, il n’est pas sur la photo, mais vous pourrez le trouver ICI si cela vous intéresse, soit une huile régénérante de  la marque Weleda . Sur la photo, c’est un tout petit flacon car c’est une miniature que j’ai eu dans un coffret que le Chef m’a offert . J’applique cette huile au niveau du contour des yeux car c’est la partie de mon visage la plus sèche et sur tout le visage elle avait tendance à me donner des boutons . Elle fait des miracles au niveau de mes yeux et il est donc évident que je rachèterai le full size une fois que j’aurais terminé ce flacon .
  8. Je défait mon chignon ( car oui, le chignon haut est la coupe adéquate quand on laisse pousser ses cheveux et sa frange, mais ça, c’est une longue histoire capillaire dont je vous parlerai une autre fois :)) et j’applique  un hydratant de la marque Alverde (ouais, je sais, je saoule avec cette marque mais quand on aime on ne compte pas :)) . C’est en fait un fluide réparateur pour les pointes, du moins c’est ce que me dit Amazon quand je cherche . Vous le trouverez ICI, il fait partie des choses que je rachète à chaque fois à chaque fois que je vais au DM pour être sûre de ne pas en manquer .

 

Voilà, c’est terminé, j’espère que ce billet ne vous aura pas paru trop long à lire, je suis un peu bavarde😉.

Partagez-moi en commentaire vos produits préférés pour prendre soin de votre peau le soir:).

 

A bientôt !

La maman des P’tits Pois .