Je vais vous faire aimer la Franche-Comté !


2Le Chef étant originaire et amoureux de cette belle région qu’est la Franche-Comté et moi, étant tombée sous son charme depuis qu’il me la faite découvrir par petites visites échelonnées au fil de nos années ensemble, il était plus que naturel que nous décidions d’amener les enfants une semaine dans le Jura, à Métabief  (bon c’est dans le Doubs en fait) pour allier campagne et montagne .

Nous avons déménagé cette année, sommes toujours en travaux et l’idée de faire un long trajet fatiguant pour atteindre notre lieu de vacances ne nous tentait absolument pas . Le Jura s’est trouvé être un bon compromis car il est dépaysant et proche de chez nous à la fois, en uniquement quatre heures de route en ce qui nous concerne .

Allez, je te raconte tout (ou presque)  !

Notre location :

Nous sommes passés par le site Abritel pour louer une petite maisonnette / chalet tout en bois sur Métabief, idéalement situé face à un immense champ . Par notre fenêtre, nous pouvions voir les vaches monter et descendre sur un chemin tout proche . Leurs cloches nous informaient de leur arrivée, les enfants ne loupaient aucun passage et ont trouvé ça magique .

Il n’y avait rien à redire concernant notre logement, il y avait de la part de la propriétaire un véritable soucis du détail et une volonté de nous mettre à l’aise . Le chalet était très bien équipé mais, la geek que je suis a tout de même déploré le manque de Wifi. Oui, je sais, partir au milieu de nul part et se plaindre du manque de Wifi peut sembler insensé mais on a tous nos petits trucs indispensables;) et je suis pas à un paradoxe près:) .

Nos activités de la semaine :

Le premier jour, nous avons déjeuné et passé une bonne partie de la journée chez Syratu  à Ornans . Les enfants ont pu tremper leur pieds dans la Loue et faire de l’accrobranche sur place . P’tit Pois, habitué de la chose a beaucoup apprécié et Mini a osé en faire contre toute attente, encouragé par toute la famille lors des passages en hauteur . J’avoue, c’était magique .

20160807_152336

On a été faire du pédalo sur le lac de Malbuisson, c’était sympa, on a vu plein de canards coopératifs qui nous ont fait regretté de ne pas avoir apporté de pain pour eux et des cygnes nettement moins sympathiques . On a bien rigolé, les gosses se sont bien engueulés pour savoir qui allait tenir la barre . Bref, un bon moment en famille .

20160808_095816 20160808_102406 20160808_110632

On a profité de la luge d’été sur la station de Métabief. On a testé uniquement la piste lente mais il y avait moyen d’aller vite quand même, c’était chouette . Les enfants adorent, les parents qui ont le vertige un peu moins ( je dis pas ça pour moi, n’importe quoi tsss), car  pour pouvoir descendre, il faut monter haha .

 

On a visité le Château de Joux un jour de pluie, et pas mal de morceaux de la visite étaient en extérieur mais ça a été car il ne pleuvait pas très fort . Notre guide était génial, tout le monde a bien aimé.

20160809_095410 20160809_100242 20160809_100654

On a enfin visité Dino-Zoo ! Les enfants ont adoré aussi, nous on a aimé les petits panneaux avec toutes les explications sur l’évolution etc … J’ai vu avec P’tit Pois une séance de cinéma 4D qui l’a pas mal impressionné… Pendant ce temps Mini faisait du manège Dino avec le Chef . Ensuite ils ont fait la rivière aux fossiles, ils se sont  pris au jeu et ont adoré récolter leurs pierres précieuses !

Nous avons le lendemain visité un fort dans lequel est affiné du Comté, j’ai nommé le fort Saint Antoine . C’était un rêve pour le Chef et moi car nous aimons beaucoup le fromage mais notre préféré reste par dessus tout celui-ci ! La visite a duré une heure  et demi mais je dois dire que malgré mes appréhensions, c’est passé assez vite avec les enfants . Ils ont été captivés par les explications et par les quantités incroyables de meules dans les allées. On a eu la chance de voir une machine qui retourne les comtés et les frotte, cette étape est nécessaire dans l’affinage et cela était super intéressant à voir .

20160811_103351

Nous nous sommes rendus à la source du Doubs située à Mouthe. C’était juste magnifique à voir et la ballade qui consiste à faire le tour de la source est fabuleuse, la vue qui nous attendait tout en haut était super chouette aussi .

1 20160811_141242 20160811_141701

La même journée, après cette petite randonnée, de retour à Métabief ( à quelques minutes de Mouthe en voiture)  nous avons décidé de prendre le télésiège pour nous rendre au sommet du Morond à 1420 m d’altitude afin d’effectuer une randonnée pour redescendre jusqu’à la station . J’ai une fois de plus braver ma peur pour grimper en télésiège mais c’était tellement bien ! On a pu monter à quatre serrés  les uns contre les autres et heureusement que c’était le cas car il faisait super froid au fur et à mesure que l’on atteignait le sommet . Bon ok, on était en short oui . Et donc au sommet une vue merveilleuse nous attendait, après avoir pris des tas de photos et avoir essayé de tirer le plus possible sur nos shorts pour couvrir davantage nos jambes … en vain, nous avons découvert un musicien qui jouait du cor des Alpes, il était fort sympathique et son instrument intriguant pour les enfants . Il nous a indiqué notre chemin et nous nous sommes mis en route . Je sais que je l’ai déjà dit mais c’est TELLEMENT bien, j’adore la randonnée en fait,  on en a pas fait souvent mais plus les enfants grandissent et plus on augmente le challenge et j’adore…. Le paysage, les efforts qu’il faut faire pour ne pas glisser, les enfants qui découvrent plein de trésor insoupçonnés à travers la forêt, les différents points de vue que la promenade nous offre, le vertige que cela me fait ressentir . Bref, tu as compris, je suis conquise et la montagne c’est vraiment mon truc je crois . J’ai découvert ça après trente ans car pour moi, des vacances ailleurs qu’à la mer, ça n’était pas du tout envisageable . Je m’égare, je m’égare .. Je poursuis donc sur cette descente qui nous a menée au beau milieu des vaches, les enfants ont pu les caresser, c’était top car on attendait ça depuis le jour où on les a vu passer sous nos fenêtres !

20160811_164111 20160811_164311 20160811_165626

Nous avons visité très sommairement la ville d’Arbois et c’est juste trop joli, charmant, ravissant  . Nous avons par cette occasion  testé la Finette qui est un restaurant formidable dont je te parlerai plus bas .

J’allais oublier de te parler de notre visite au Parc Polaire, un safari pédestre à Chaux-neuve.  C’était très sympa pour les enfants, ils ont pu donné du lichen aux rennes et ils ont caressé les chiens du Groenland :)!

 

A Cléron, nous avons eu la chance de participer à l’évènement Festi’Chantier, nous sommes allés y faire un tour et les enfants ont participé à plusieurs atelier différents : équilibre sur objet, magie, trapèze, ils proposaient aussi des ateliers déguisements, sculptures avec ballon… C’était varié et très  sympa. Les enfants se sont pris au jeu et nous aussi, surtout pendant l’atelier de magie ou nous avons essayé de reproduire quelques tours assez faciles ( je dis facile mais je te jure, à l’heure qu’il est je n’ai toujours pas réussi ;)). L’association chargée de cette animation était Ordinaire d’exception .

au a2

 

Nos  bonnes adresses :

Globalement, ça va tourner autour de la bouffe, je préfère te prévenir .

Pour acheter du bon manger :

N’hésite pas à cliquer sur les liens en vert pour en découvrir davantage :)!

  • Decreuse, en bas du château de Joux dans la commune de la Cluse-et-Mijoux :

C’est une  charcuterie que je recommande . Par contre, attention danger, il ne faut pas passer la porte en ayant faim sinon tu risques de vouloir tout dévaliser:). On a testé les saucisson à croquer, un saucisson normal et un au vin jaune. Tout est juste DE-LI-CIEUX .

On a acheté des pavés au vin Jaune et une terrine au vin Jaune aussi car nous sommes des gens orignaux .

Nous y avons acheté du Comté, de la gelée au vin Jaune (les mecs font une fixation j’te jure), c’est juste une TUE-RIE accompagné de comté et d’un petit verre de vin du Jura. On a essayé aussi de la terrine au … vin Jaune … Et donc tout était excellent !

Nous avons craqué pour un grand morceau de comté, comment ne pas craquer après la visite en même temps ?

  • Le panier sympa :

C’est une petite épicerie qui dépanne bien au cœur de Métabief à deux pas de la station. On a goûté une tarte au comté délicieuse faite maison dans ce magasin .

Pour manger sur place :

Nous avons testé un restaurant à Arbois qui s’appelle La Finette, rien à redire, tout était excellent, je peux me vanter d’avoir manger de la soupe à l’oignon en entrée et une fondue au comté en plat principale, un 12 août, oui oui tout à fait . Les menus enfant étaient tops aussi et ça n’était pas des nuggets et des frites pour une fois cela mérité d’être souligné . L’addition était assez élevée mais tout à fait en accord avec la qualité des mets proposée.

On y a mangé des glaces maison délicieuses et dégusté une limonade Bio made in France à la fleur d’oranger de la marque Elixia, à découvrir sans hésiter !

On a pris un apéro et acheter des pizzas à emporter chez Metapizza à Métabief . Rien de bien transcendant ce jour-là et l’addition s’est avéré assez élevée pour la qualité de leur prestation .

 

Les souvenirs bonus de vacances :

Mini qui, alors qu’il était équipé pour monter faire le oustiti dans les arbres nous a sorti : « On va faire de l’accrobranche là ou je rêve ? » Tant il avait la trouille d’avancer .

Le passage des vaches chaque matin et soir devant nos fenêtres .

Le bébé canard au Lac de Malbuisson .

Les limaces et les escargots géants sur le sentier qui menait à la voiture .

Le saucisson à croquer partagé à dix heures du matin un-croque-chacun à quatre dans la voiture .

Les soirées à regarder la télé alors qu’on l’avait pas fait depuis des mois (nous sommes des séries addict vois- tu )

La fraîcheur des matins à la montagne et l’odeur du bois neuf du chalet .

Ma soupe à l’oignon et ma fondu au comté un douze août, si si la Franche-Comté.

 

Voilà, j’espère que ce billet t’as plu ! Partage moi en commentaire tout ce que tu aimes faire dans cette belle région  :) !

 

A bientôt,

Noémie

 

Quand tout change 


wp-image-1450804623jpg.jpeg

Quand tout change, que tout bouge, que le rythme s’accélère.

Quand on se rend compte que l’on peut vivre heureux  même avec autant d’affaires emballés dans des cartons .

Quand ça résonne dans notre maison qui se vide .

Quand on contemple les trais tracés au mur pour monter comme les enfants ont grandi et qu’on les efface en souriant, finalement, en se disant que l’on poursuivre ça chez, dans le « chez nous » d’ailleurs.

Quand on se cogne dans tous ces cartons entassés de manière farfelue .

Quand on pense à trop de choses.

Quand les projets fleurissent dans nos têtes comme la menthe par temps de pluie.

Quand les enfants posent des questions auxquelles on a pas toujours de réponse.

Quand ils demandent tout ce qu’on emporte, tout ce qu’on laisse.

Quand ils craignent que l’on laisse derrière nous un petit morceau de notre vie.

Quand c’est un nouveau départ enthousiasmant et grisant .

Quand c’est excitant et épuisant à la fois .

Quand on sait que ça ne va pas être tout facile mais qu’on sait que ça vaut la peine.

Quand on ressent un truc magique dans une maison remplie de sa vie d’avant , de son odeur  de bonheur passé, des traces de meubles  qu’on va s’efforcé de cacher .

Quand on fait ses cartons sans vraiment savoir quand on va les défaire pour de bon .

Quand on se dit pour la première fois que c’est la bonne, la maison d’une vie.

La maison de notre vie.

Ma petite contribution pour changer le monde


image

 

On a coutume de dire / penser que ça n’est pas les petits actes d’individus isolés qui peuvent changer quoique ce soit de grand dans le monde . On entend cette récurrente phrase : « De toute façon, personne ne le fait, ça ne sert à rien que je m’embête à le faire tout seul dans mon coin, ça ne servira à rien ».

Or, plus le temps passe et plus je réfute cette idée pour de nombreuses raisons . Je ne vais pas ici les développer toutes mais je te propose juste d’analyser celle-ci.

Si on considère que les petits gestes même isolés que l’on fait au quotidien ont une importance, font du bien, même nous font du bien à nous-même, nous avons l’envie d’en parler, de nous exprimer, de partager, d’expliquer le pourquoi . Cela a de grandes chances de provoquer une adhésion à ces petites habitudes, une envie de croire que non, même si les gestes et les efforts peuvent paraître insignifiants, en réalité, il n’en est rien .

C’est la raison pour laquelle j’avais envie de t’écrire ce billet d’humeur aujourd’hui. Je fais des petits gestes moi aussi, je change mes habitudes petit à petit, je ne change pas le Monde à moi seule mais pour moi, c’est une révolution, ce sont de grands changements qui deviennent des principes et des convictions de vie . Ces idées je les transmets à mes enfants et donc, rien qu’en partant de cet argument j’ai déjà le sentiment de faire beaucoup et de rendre le société de demain meilleure . Rien que ça;).

Par où commencer ?

Je trie mes déchets, je sais, ça n’est pas grand chose vu comme ça mais c’est essentiel et le tri n’est pas encore pratiqué partout malheureusement .

J ‘ai également considérablement réduit mes déchets, je privilégie les lingettes microfibres lavables pour nettoyer ma maison plutôt que les éponges ou l’essuie-tout . (J’en achète toujours car je n’ai pas encore assez de lingettes pour m’en passer mais notre consommation a réduit de moitié).

Dans la salle de bain, je n’utilise plus de coton, plus de coton-tige (j’utilise un auriculum à la place pas de panique ), j’achète davantage le gel douche en grand volume et je privilégie les produits qui permettent plusieurs usages en même temps, par exemple j’achète un gel douche qui sert aussi de shampoing et de nettoyant visage pour tous .

Fini la salle de bain remplie de flacons ! Je limite les produits cosmétiques et ils sont tous ou presque 100 % naturels .

J’avoue que ça n’est pas le cas pour le maquillage qui reste un immense plaisir pour moi, je n’achète plus de marques qui testent sur les animaux mais je suis vraiment moins regardante au niveau des compositions, je recherche l’efficacité et mon bonheur avant tout . On a tous des plaisirs coupables, je l’accepte pleinement .

Pour le nettoyage de ma maison, je n’utilise que du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude, je fabrique mon spray universel moi-même et j’en ai une telle consommation par semaine que j’achète un litre de vinaigre blanc tous les samedis mais vu le prix ridicule, l’efficacité et mon sentiment agréable de pas polluer la planète juste pour nettoyer ma maison font que je ne pourrais pas revenir en arrière !

Niveau alimentation, j’ai banni l’huile de palme, et sérieusement, il y en a dans tout donc c’est compliqué . Je lis les étiquettes et on tient bon  :). J’essaye globalement de  manger mieux, du Bio mais pas toujours, du local surtout, ça c’est vraiment important pour nous alors quand on peut le faire, on hésite jamais !

Je donne beaucoup de choses, à Emmaüs surtout, tout ce qui est jouets des enfants, vêtements, anciennes lunettes de vue, bijoux fantaisies … Bref tout ce que je juge qui pourrait être utile  à quelqu’un en quoique ce soit .

Pour m’habiller j’ai il y a peu pris une grande décision : Essayer un maximum de ne plus acheter de vêtements dans la grande distribution . J’ai en effet visionné le documentaire  The True Cost qui a été pour moi un électrochoc, il faut dire que déjà avant de le voir je culpabilisais déjà un peu de me vêtir chez H et M ou Primark .

Je ne peux que t’encourager à le regarder, il est dur mais nécessaire à voir je dirais…. Il est disponible en ce moment sur Netflix . Voici la bande annonce ci-dessous.

 

Je disais quoi ?

Ah oui, j’ai changer ma façon de voir les choses en ce qui concerne les vêtements. J’achète d’occasion, sur les brocantes ou sur le Bon Coin la plupart du temps car les friperies manquent cruellement par chez moi . J’aime l’idée de m’habiller sans créer un impact supplémentaire et de donner une seconde vie à des vêtements . Pour les chaussures, j’essaye d’acheter du durable car je ne me sens pas encore d’acheter des chaussures d’occasion .

Pour mes enfants, c’est beaucoup plus compliqué, il vivent intensément, usent ainsi beaucoup leurs vêtements et pour ne pas me ruiner en achetant français, oui, je passe par la case H et M et Orchestra voire Kiabi . Et toi, qui te pose ce même genre de questions,  où vas-tu pour habiller tes enfants sans culpabiliser ? N’hésites pas à m’en parler en commentaire !

Voilà, tu as vu ? Cela n’est presque rien mais j’ai quand même l’impression que ça compte et que donc c’est important .

N’hésite pas maintenant à partager en commentaire tes petites mais grandes actions à toi pour changer le Monde, qui sait ensemble on provoquera peut-être une effusion de gestes qui comptent !

Par dessus tout, il faut vivre .


image

Je veux retenir les petits sandwichs préparés avec amour pour les sorties scolaires et les grands sourires de bonheur à la découverte du contenu du sac de picnic .

La pagaille dans le salon et nous quatre sur le canapé le dimanche devant un bon dessin animé, avec le chien, les chats en prime.

Les séances de guilli-guilis alors qu’il est déjà tard et qu’ils ne sont même pas encore douchés.

Les réveils trop matinaux à comater à les écouter se raconter des histoires avant que ça ne dégénère en bagarre générale .

Les premières fois, la première dent, la première fois sans les roulettes, les premiers pas, le premier jour d’école, le premier tout petit rien, le premier, ça compte .

Les câlins contre mon cœur, la tendresse dans mes bras, mon constat du fait qu’ils deviennent de plus en plus lourds, de plus en plus grands, ce sentiment désagréable et doux à la fois. Sentir le temps qui passe, qui les fait grandir, qui me fait vieillir .

Les discussion sur la vie, les fois où on refait le monde. Les vérités qui vont trop loin, qui font trop mal à entendre dans la bouche d’un si petit garçon. Leur description du monde, cette réalité, leur logique implacable, tout ce que l’on apprend à travers leur compréhension du monde .

Les fois où ils s’inventent une vie dans les histoires et où j’embarque volontiers avec eux.

Les fois où ils dessinent, créent, inventent, imaginent un monde à eux, un monde  mieux.

Leur corps chaud le matin quand je les tire du lit pour aller à l’école, le biberon tiède au chocolat pour l’un et le bol de céréales et jus d’orange pour l’autre .

Les folies de Papa, les barbecues imparfaits improvisés à la dernière minute.

Les trouvailles de brocante à trois-francs-six-sous qui les ont rendu heureux .

Raphael et son récit de la première fois où il a donné le biberon à un petit agneau .

Gabriel et ses propos sur la vie en général, la simplicité avec laquelle il me les livre et la claque que cela me met à chaque fois .

Quand ils nous ont demandé comment et pourquoi on avait eu l’idée de les fabriquer .

Les journées ensoleillées et les sourires semblables à des fruits trop mûrs.

Je veux retenir l’amour, parce que l’amour, voyez-vous, a toujours raison .

Je ne veux retenir que lui, face à tout ce qui se passe dans le monde aujourd’hui. Quoi qu’on en dise, même si cela peut paraître puéril et naïf, l’amour est la meilleure réponse .

Je les aime chaque jour autant que je peux, ça n’empêche pas les atrocités qui se produisent dans le monde mais ça contribue à le rendre un peu plus joli .

Je ne vais pas me mettre à haïr moi aussi, alors que ce sentiment me dégoûte et m’affole .

Je vais cacher ma peur, je vais l’enrober de fierté, je vais la ridiculiser, ça sera juste une toute petite prudence quand je serai parvenu à la dompter .

Je vais vivre, transmettre et propager l’amour .

On va les protéger de la face cachée de la race humaine, tant qu’on peut, on trouvera les mots pour les rassurer le jour où on aura plus d’autre choix que de faire face et d’en parler .

Je veux retenir toute les petites choses merveilleuses qui sont dans notre vie . Cela ne veux pas dire que je suis insensible à l’actualité atroce du moment, c’est juste que je ne veux pas sombrer.

Sombrer dans la paranoïa, la tristesse et la déprime . C’est ridicule de le dire mais c’est incroyable comme c’est perturbant d’entendre chaque jour toutes ces choses horribles en sachant que l’on ne peut rien y changer . Il ne s’agit pas de la même problématique qu’avec l’écologie, si on se met tous à faire un petit geste, on sait que l’on peut faire bouger beaucoup de choses mais là ?

Comment on change le Monde quand il en est là ?

On a intérêt à garder en tête notre principal objectif lors de notre passage sur Terre : Vivre et prendre le plus de bonheur possible, aimer le plus possible, encore plus plus fort si c’est possible, faire le bien autour de soi, être des belles personnes à l’intérieur qui donneront à d’autres l’élan d’en faire autant .

Je ne sais pas si demain, en quittant l’école, j’écouterai encore France Info pendant tout le trajet en me rongeant les ongles et les peaux de mes doigts abîmés par le stress et l’incertitude . Je ne suis plus persuadée que cela fait de moi une mauvaise personne de ne pas m’affliger ça quotidiennement . Au lieu de ça, j’écouterai mon vieux CD de She and Him et je chanterai à tue-tête pour appeler la pluie, ouvrant mon cœur pour aller récupérer mes enfants avec le sourire, au lieu de les serrer très fort dans mes bras en ayant ce sentiment hautement déstabilisant d’avoir été folle de les faire naître dans ce monde .

Angoissée, stressée, puis-je changer ?


chien qui médite

Depuis toujours je me demande si, au fond, les gens peuvent changer . Plus précisément, je me demande si je peux changer .

Si je peux échanger mes angoisses contre une petite dose de confiance en moi.

Si je peux échanger mon stress contre un peu de plénitude .

Si je peux inverser la tendance générale, si je peux reprendre le contrôle ou le prendre car je ne sais pas vraiment si je l’ai eu un jour .

J’ai en permanence ce flots de pensées qui m’oppressent, qui me remplissent l’esprit, qui me saturent la tête, qui m’ handicapent, qui perturbent ma concentration, qui me plonge dans une émotion négative désagréable, comme si je me noyais dans un verre d’eau .

Je n’ai pas de recul, les idées arrivent et s’imbriquent les unes aux autres et forment un énorme bloc qui fait barrage à ma réflexion .

Je me sens vite submergée, j’angoisse, j’ai du mal à rationaliser les tâches qui m’arrivent, alors qu’elles sont simples parfois .

Je pense le matin à tout ce que je dois faire, à comment je vais le faire et à quel point je vais mal m’y prendre pour le faire, certainement . La journée, j’accumule les pensées, je les stocke, je tente vainement de les organiser mais alors que, rien de grave ne se joue dans cette journée, je me sens parfois quand même dépassée .

Je ne suis pas souvent gentille envers moi-même, avant de faire les choses, j’ai déjà le sentiment que je vais avoir des difficultés à les faire, quand je les fais, j’ai l’impression que le monde entier me regarde et se dit que je m’y prend comme un pied . Quand c’est achevé, je ne suis le plus souvent que reproches, culpabilité du pas-assez-ci pas-assez-ça.

Je ne ressens que rarement de la fierté envers moi-même, je me focalise sur mes erreurs et pas assez sur mes victoires, aveuglée par mon stress et mes angoisses.

J’ai souvent envie d’arrêter de penser, j’aimerais pouvoir me détacher de ces pensées qui me fustigent et m’emprisonnent, je voudrais les observer de loin, les décortiquer, les analyser à distance et me rendre compte, grâce à ce recul que je ne suis pas ces pensées-là, elles ne sont que des pensées négatives et moi, je ne le suis pas .

J’ai commencé la méditation pour ces raisons, pour essayer de trouver la paix intérieure, celle qu’on fait miroiter dans les livres sur le sujet .

Cela n’a pas été un chemin tranquille, j’ai pratiqué puis abandonné, enfin dernièrement j’ai repris progressivement …

Je suis à la recherche de réponses, d’outils, j’en ai assez de me dire que je passe à côté littéralement de jolies choses sans pouvoir les saisir pleinement, la pleine conscience est mon Graal .

Je n’ai plus envie de croire que le bonheur est un état que l’on attend et qui nous tombe dessus comme par enchantement . J’ai envie de croire car au fond de moi je le sais, que le bonheur est juste là, en moi et qu’il ne demande qu’à être libéré des entraves de mes pensées complexes et blessantes .

J’ai envie de croire que je peux changer, je sais que je le peux et y croire, c’est déjà une jolie impulsion .

C’est quand même dommage de réaliser que la personne qui nous complique le plus notre quête du bonheur se trouve être justement nous-même .

J’ai envie de passer au-dessus de toutes ces pensées, je n’ai pas envie de les chasser, j’ai juste envie de les démystifier et de parvenir à vivre avec, normalement . J’ai envie de lâcher prise, d’identifier ce qui me fais souffrir, d’accepter ce qui m’angoisse, de comprendre parfaitement ce qui m’oppresse.

Je voudrais pouvoir trouver les mots pour exprimer à ceux que j’aime ces angoisses, leurs mécanismes barbares et insaisissables, mais pour cela, il me manque le recul, ce que la méditation m’apporte d’une certaine manière .

Bref, j’ai repris la méditation, j’espère pour un certain temps, pour plus longtemps que la dernière fois. Je n’espère pas me perdre en chemin, j’espère que la méditation me démontrera qui je suis et me convaincra que je n’ai pas besoin de changer pour vivre en paix, que c’est simplement la gestion de mes pensées qui est à revoir ,

Comme toute performance visée, la méditation nécessite de beaucoup d’entraînement, je vous laisse donc pour me livrer à ma séance quotidienne .

Je reviendrais vous parler, je l’espère de l’évolution de ma pratique, de ses bienfaits et de mon changement .

Et vous, vous méditez ? Comment vous y prenez-vous ? Etes-vous angoissés ? Trouvez-vous en la méditation une aide précieuse ? N’hésitez pas à partager votre vécu en commentaire .

–>Je médite avec l’application Petit Bambou en ce moment, je conseille la lecture du livre de Matthieu Ricard : L’art de la méditation qui peut être un bon point de départ pour comprendre ce qu’est cette pratique, à quoi elle sert et comment la mener à bien .

Vous trouverez ICI un autre billet que j’avais écrit sur la méditation.

Prenez soin de vous !

« Je ne vais pas y arriver ».


image

Quand je me demande quelle est ma bataille dans la vie, je pense immédiatement aux « je ne vais pas y arriver« .

Cette phrase  qui arrive sans crier garde dans la plus tendre enfance, celle qui empêche de dormir mon fils, celle qui me hante encore parfois moi aussi .

Je me lève chaque matin en espérant que quelqu’un grâce à moi se couche le soir en pensant que finalement si, il y est arrivé.

Je n’ai que trop rarement les mots avec mon fils quand il est pris d’une crise de « je ne vais pas y arriver« . J’espère avoir des paroles qui éclairent et qui rassurent, qui font sens et qui motivent, je ne sais pas si j’y parviens à vrai dire .

Je finis toujours par entamer une petite danse ridicule ou par faire semblant de tomber ou encore à faire semblant de descendre un escalier pour le faire mourir de rire . Je crois que je ne sais tout simplement pas quoi lui dire en réalité .

En tant qu’adulte, je me rends compte petit à petit que la seule façon de se convaincre qu’on va finalement y arriver, c’est de le faire, de se projeter, de s’imaginer ayant déjà effectué la chose qui nous parait impossible, je ne peux pas expliquer ça a un enfant .

Cela me fait un peu mal, de devoir endormir mon fils dans mes bras tant il ne se rend pas compte que réussir la chose qu’il craint de ne pas parvenir à faire n’a pas de sens .

En fait si, ça a beaucoup de sens, ça pose le problème des barrières qu’ils se met lui même concernant les choses qu’ils pensent pouvoir entreprendre . Alors ça me fait un peu mal, même si je sais que les « je ne vais pas y arriver » font partie de la vie .

J’ai un peu le sentiment de m’endormir moi-même, celle qui doute toujours d’elle en moi, celle qui pense que tous les autres, par postulat de départ peuvent réussir et pas elle .

Je le sais moi qu’il va y arriver, je sais sa valeur, je sais qu’il est génial, d’ailleurs, je lui dis; souvent mais ça ne suffit pas .

Quelqu’un aurait la formule magique pour éradiquer les « je ne vais pas y arriver » ?

Parce qu’ils sont partout, dans ma vie et même dans ma classe aussi et je lutte contre eux, je les écrase, je les réduis, je les pulvérise, du moins j’essaye .

Je vous prie de me croire que lorsque les « je ne vais pas y arriver » s’en vont enfin, ils font du bruit, ils font bomber le torse, illumine les visages et parfois même ils mouillent les yeux .

J’aime être là quand ça arrive, j’aime les voir partir battus à plates coutures, j’aime la confiance en soi grandissante qui se lit sur les visages de ses anciennes victimes, j’aime me dire que j’ai un peu participé à ce combat .

En fait, j’aime les « je ne vais pas y arriver » quand ils finissent bien car les réussites sont encore plus grandes quand ils s’incrustent .

Avec le temps, j’apprends à ne plus les craindre vraiment, à les apprivoiser, à attendre le moment propice pour tenter une attaque . Je  parviens à les mettre de côté sans paniquer à l’idée que mon fils est comme moi, que lui aussi est un grand angoissé, et que je m’en veux de lui avoir transmis ça.

J’aime ce challenge, j’aime ce qu’il procure en moi,  je crois que c’est un peu pour ça aussi que j’ai choisi ce métier .

Quant à mon fils, je n’ai pas envie de parler de ses « je ne vais pas y arriver » à lui car cela lui appartient mais je peux dire qu’une fois de plus, on les a eu, ensemble !

J’ai réalisé mon rêve et je vous en parle ailleurs !


 

Cela fait un peu conte de fée mais oui, j’ai réalisé mon rêve, mon rêve de voir New-York, en vrai !

Depuis que j’ai cinq ans je n’ai qu’une seule envie de voyage récurrente, celle de voir les USA mais surtout New-York !

Nous sommes partis en famille une semaine dans cette ville et j’ai des tonnes de choses à vous raconter, j’ai envie de vous convaincre, comme j’aurais souhaité que l’on me le dise à moi-même qu’un voyage comme celui-là peut se faire en famille, même avec des enfants très jeunes , j’ai envie de vous dire à quel point c’est dingue et merveilleux et j’ai envie de donner tous mes trucs et astuces pour visiter New-York en famille !

C’est un grand évènement dans ma vie alors j’ai eu envie de lui consacrer un lieu particulier pour l’exprimer !

Vous trouverez en effet ICI sur mon autre blog voyage (lacosseanewyork.blogspot.fr) le récit de nos préparatifs et de nos aventures un peu folles en famille à New-York .

Je continuerai à écrire ici lorsque j’aurai terminé de partager tout ce que j’ai à écrire sur ce voyage magique qui a marqué nos vies !

 

Et vous ? Avez-vous déjà voyager à New-York et comment avez vous vécu ce voyage ?